Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR ELLES Femmes et extrêmes droites - mars 2014 > 1- Préférence familiale : Salaire parental / Travail des femmes

1- Préférence familiale : Salaire parental / Travail des femmes

mardi 11 mars 2014  Enregistrer au format PDF


Retour des femmes au foyer

Certes, le FN n’annonce plus aussi clairement son désir de renvoyer les femmes à la maison, puisque le programme parle maintenant de salaire parental, ; mais c’est plutôt hypocrite, et dans le discours Marine Le Pen revient très vite aux « femmes au foyer » et au « salaire maternel » = « un salaire minimum qui serait accordé aux femmes qui font le choix d’élever leurs enfants ». Et de justifier : « Les femmes sont les premières victimes de la précarité. Je veux leur donner un autre choix que d’accepter n’importe quoi dans n’importe quelles conditions. ». On peut comprendre que cela rencontre un certain écho, surtout dans un contexte de crise.

« Le progrès pour les femmes est de rester à la maison (…) parce que beaucoup de femmes servent de variable d’ajustement à toute une série de multinationales ». Le progrès social serait donc de les payer 825 € par mois à rester à la maison, avec tout ce que les interruptions ont comme conséquences négatives sur les carrières, les salaires, puis les retraites des femmes, et donc sur leur capacité d’autonomie ?? Ou de lutter contre la précarité, pour faire valoir les droits des travailleuses et des travailleurs et imposer de nouveaux droits aux employeurs ? Mais de ça, le FN ne dit rien. Silence sur les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Ou si, par la bouche de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN en charge des affaires sociales : « Qu’est-ce que vous voulez ? Qu’on égalise les salaires alors que tant de gens sont au chômage ? ».

Une politique nataliste

Le FN revendique une « amélioration des prestations familiales pour les familles nombreuses », dans le but de « préserver notre capital démographique », car « Un pays en bonne santé est un pays qui fait des enfants ». Marine Le Pen réserverait bien évidemment les allocations familiales « aux familles dont un parent au moins est Français », comptant avoir recours au référendum pour rendre possible cette « priorité nationale ».
Il s’agit donc pour les femmes françaises de faire des enfants français, sans doute pour contrer l’invasion des « hordes immigrantes », voilà leur rôle ! Et le cadre du mariage est rappelé implicitement à cet endroit du programme. Vous avez dit modernité ?


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU