Pour Info - FSU - En ligne


Appel du SNPES-PJJ / FSU

mercredi 28 juin 2006  Enregistrer au format PDF


Le 43ème congrès de notre syndicat se tient au moment où notre administration centrale s’engage dans l’ouverture d’Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs, la multiplication de centres fermés et à la veille d’une nouvelle réforme de l’ordonnance du 2 février 1945 annoncée dans le cadre du projet de loi sur la prévention de la délinquance porté par le ministre de l’intérieur.

Une fois encore, les enjeux des prochaines échéances électorales risquent de tourner uniquement autour de la répression de la délinquance des mineurs en lieu et place du débat sur les réponses nécessaires à apporter à l’insécurité sociale : chômage, précarité, discrimination.
Cette surenchère sécuritaire s’inscrit dans une politique qui vise à stigmatiser la jeunesse et en particulier la plus en difficulté, notamment par la mise à l’écart et l’enfermement des mineurs.

Le coût exorbitant des nouvelles structures (EPM, centres fermés) tant en moyen financier qu’en personnel menace la pérennisation des services éducatifs existants, et empêche leur développement. Les services éducatifs ont déjà été mis en péril par plusieurs années de restriction budgétaire et certains ont été fermés par l’administration.
Cela s’oppose à ce que nous, professionnels de l’éducation, essayons de mettre en œuvre avec les mineurs. La diversité des dispositifs éducatifs de prises en charge, le risque éducatif, le temps de l’accompagnement sont des fondamentaux du travail éducatif que nous menons et sont incompatibles avec les orientations sécuritaires.
Ces choix politiques constituent une rupture avec l’idée qu’un adolescent est un adulte en devenir dont notre société ne peut sacrifier l’éducation.

Le SNPES-PJJ /FSU continue à condamner toute forme d’enfermement des mineurs et le « tout sécuritaire » mis en place par un gouvernement dont la politique économique libérale aggrave les conditions de vie de la population, particulièrement les jeunes, les précaires et les immigrés.
Le SNPES-PJJ/FSU réaffirme son engagement dans les Collectifs anti-EPM, dans le Collectif National Unitaire anti-délation (CNU). Nous continuerons à diffuser largement l’appel-pétition « Construire un avenir pour la jeunesse d’aujourd’hui ». Nous saisirons toutes les occasions et serons partie prenante de toutes les initiatives qui s’opposent au projet sécuritaire et défendent la voie de l’éducation.

Le SNPES-PJJ /FSU appelle l’ensemble des personnels de la PJJ à rejoindre ce combat, comme nous appelons l’ensemble des associations, organisations qui partagent ces valeurs à construire une mobilisation qui soit à la hauteur de cet enjeu de société.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU