Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2009-2010 > N°464 - Du 7 au 11 juin - 2010 > CTPM Education Nationale du 19 mai 2010, déclaration de la FSU

CTPM Education Nationale du 19 mai 2010, déclaration de la FSU

lundi 7 juin 2010  Enregistrer au format PDF


L’annonce récente d’un plan d’austérité, celles de 16000 suppressions d’emploi au budget 2011 programment des dégradations d’ampleur et qui seront d’autant plus lourdes de conséquences qu’elles font suite aux 50 000 suppressions d’emplois des dernières rentrées. Une fois encore le système éducatif et tous ceux qui le font vivre sont sacrifiés du fait que le gouvernement a abandonné toute ambition de faire réussir tous les élèves et d’assurer une qualification à tous les jeunes.

De plus, les informations qui parviennent de certaines académies montrent que les emplois infirmiers dont la création à la rentrée 2010 a été annoncée le 16 décembre dernier le seraient sans augmentation du plafond des emplois du programme « vie de l’élève », ce qui implique de supprimer des emplois d’assistants sociaux et de CPE ou de ne pas respecter les créations d’emplois infirmiers annoncées. La FSU dénonce une telle conception ; alors que la crise sociale s’approfondit supprimer ces emplois est perçu comme une véritable provocation et prive les élèves de la présence d’équipes pluri professionnelles pourtant indispensables.

Ce CTPM doit examiner pour la 3ième fois en moins d’un an la réforme du recrutement des enseignants que les ministres de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur imposent contre l’avis de la communauté éducative. La présentation d’une 3ième version des décrets illustre la précipitation du gouvernement à conduire une réforme chaque jour plus dramatique pour les élèves, pour le système éducatif et pour les personnels. La FSU rappelle qu’elle demande le retrait de la réforme actuelle et la remise à plat du dossier. Elle rappelle sa demande du maintien des IUFM et de conditions de l’année de stagiaires qui permettent une véritable formation en alternance. Elle est porteuse de propositions toutes autres pour élever et améliorer la formation des enseignants et des CPE. La revalorisation des carrières reste à faire.

Le déni du dialogue social se manifeste aussi sur d’autres dossiers. La FSU regrette que ne soit pas inscrit à l’ordre du jour l’examen de la situation des personnels non titulaires du ministère et de ses établissements comme elle l’avait formellement demandé au mois de mars dernier. Alors que le ministre de la Fonction publique annonce l’élaboration prochaine d’un projet de loi de titularisation, il est plus qu’urgent d’engager la concertation sur les modalités d’un tel plan. La garantie du réemploi est une des premières mesures attendues par ces personnels dont la précarité se trouve aggravée par le démantèlement des services et les conditions de la mastérisation du recrutement des enseignants.
La FSU dénonce le mépris manifesté aux personnels des services informatiques en lutte contre le démantèlement de leurs services dont l’intersyndicale n’a été jusqu’à présent reçue que par des interlocuteurs non habilités à lui répondre.

Cette situation nous a conduits à ne pas nous rendre à la première convocation de ce CTPM. La FSU appelle les personnels à se mobiliser dès le 20 mai pour la formation des maîtres, à être en grève le 27 mai prochain et à participer très nombreux aux manifestations pour dénoncer l’austérité renforcée par l’annonce de la réduction des dépenses publiques et défendre leurs revendications en matière d’emploi, de salaire et de retraite.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU