Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2010-2011 > N°483 - Du 21 au 25 mars - 2011 > CTPM Education du 16 mars, déclaration liminaire de la FSU

CTPM Education du 16 mars, déclaration liminaire de la FSU

lundi 28 mars 2011  Enregistrer au format PDF


Contrairement au rapport d’étape sur la RGPP publié par Bercy la semaine dernière, qui tient de l’authentique exercice de propagande pour qui tous les voyants sont au vert, les suppressions d’emploi , les restructurations commencent à être connus dans leurs conséquences concrètes. Et au-delà de la réduction drastique des moyens dont les effets vont être immédiats quant au nombre d’élèves par classe dans tous les degrés d’enseignement, puis se découvriront au fur et à mesure avec le manque de remplaçants, ce sont également les choix éducatifs faits qui dégradent les conditions de scolarisation et d’enseignement de l’ensemble des élèves : formation des enseignants, quasi disparition de la scolarisation des enfants de deux/trois ans, réforme des 3 voies du lycée (général, technologique et professionnelle), dispositif (E)CLAIR, réduction systématique des dispositifs d’aide aux élèves en difficulté (postes en RASED ayant servi de gisements d’efficience), abandon de l’éducation prioritaire… A cela s’ajoute des déclarations et des expérimentations qui remettent en cause la nature et le sens des métiers.

Ces attaques conjuguées à l’absence d’une réelle revalorisation des métiers d’enseignants et de CPE conduisent à une baisse très inquiétante du nombre de candidats présents aux concours externes. Les nouvelles exigences de validation du cles et du c2i pour être affecté en stage amplifieront ce phénomène. C’est pourquoi nous en demandons la suppression.

A l’ordre du jour la révision des missions des COPsy, par la réécriture de leur décret statutaire. Nos collègues sont appelés à un rassemblement national par le SNES-FSU, SUD Education, la CGT Educ’Action le vendredi 18 mars à Paris pour s’opposer au démantèlement du service public d’orientation de l’Education Nationale.
Malgré le rapport alarmant de l’IGAENR de juillet dernier les suppressions de postes dans les services vont consacrer un nouvel affaiblissement des services académiques lourdement frappés par des suppressions chaque année depuis 5 ans.

La FSU appelle à participer massivement à la journée nationale d’action unitaire du 19 mars prochain. Elle soutient les actions qui se développent localement. Elle est porteuse d’un projet éducatif résumé en « 20 propositions pour l’Ecole » et invite au débat, partout en France, d’ici la fin de l’année à travers 500 rencontres.
Elle participe à l’action des personnels éducatifs et sociaux, mobilisés aujourd’hui dans chaque département et à Paris pour leur classement en catégorie A et la revalorisation de leurs carrières.

Les infirmières de l’Education nationale exigent le classement immédiat en catégorie A comme leurs homologues de la fonction publique hospitalière, légitime reconnaissance de leurs qualifications. Alors que le Ministre de l’Education nationale s’y était engagé à plusieurs reprises, à ce jour, aucun projet de décret n’est encore présenté et encore moins de calendrier, ce qui accroit les écarts entre les différentes fonctions publiques. Elles seront donc pour la troisième fois, mobilisées massivement devant le ministère le 29 mars prochain pour obtenir sans délai le A type pour toutes.

Les négociations sur la situation des non titulaires viennent de s’achever avec le ministre de la Fonction publique. Le protocole d’accord prévoit des négociations dans les ministères avec les organisations syndicales représentatives, en particulier pour le recensement des personnels éligibles aux dispositifs exceptionnels de titularisation et leur mise en œuvre. Il faudra aussi travailler sur les dérogations prévues pour les EPA du ministère.

A plusieurs reprises, la FSU a demandé des négociations sur la gestion des personnels contractuels, le suivi dans leurs situations dans ce CTP. Il est urgent d’ouvrir enfin ces chantiers : amélioration des règles collectives de gestion des contractuels de droit public, qu’il s’agisse de ceux recrutés sur des missions qui sont celles des titulaires et devraient donc être assurées par l’implantation d’emplois permanents et le recrutement de titulaires, ou qu’il s’agisse des AED. Il est urgent aussi d’ouvrir des négociations sur la situation des personnes recrutées sur emplois aidés.

La FSU souhaite l’élaboration urgente d’un calendrier pour la conduite de ce chantier au sein du MEN.

La FSU est signataire des accords de Bercy. Elle défendra de nombreux amendements aux projets de texte examinés ce jour ; ils visent à faire respecter le principe démocratique de la mesure de la représentativité des personnels par l’élection, organisée au niveau le plus proche des personnels. Lors de la précédente réunion du CTPM, le secrétaire général devait recevoir chaque organisation au sujet de l’utilisation par les organisations syndicales des listes de messagerie des personnels. Cela ne s’est pas fait ; après la suspension inexpliquée des travaux sur la charte informatique, la question devient de plus en plus préoccupante.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU