Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2010-2011 > N°473 - Du 8 au 12 novembre - 2010 > CTPM MEN du 4 novembre, déclaration liminaire intersyndicale

CTPM MEN du 4 novembre, déclaration liminaire intersyndicale

vendredi 12 novembre 2010  Enregistrer au format PDF


Les Fédérations de l’Éducation CSEN, FERC -CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education dénoncent le projet de loi de finances 2011 sur le champ de l’éducation nationale, qui confirme une nouvelle saignée. La politique dogmatique du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite impacte particulièrement notre ministère. 16 120 suppressions d’emplois sont programmées pour la seule mission « enseignement scolaire », parmi lesquelles 8 967 postes dans le 1er degré, 4 800 dans le second degré et 600 emplois de personnels administratifs. Tous les niveaux d’enseignement sont gravement touchés, tous les personnels sont concernés.

Les opérateurs sous tutelle du MEN ne sont pas épargnés et devront rendre 34 emplois. Quant à l’inégalité de traitement public/privé, elle est de plus en plus flagrante.
Le cynisme gouvernemental et ministériel touche à la provocation, en confiant aux académies le travail de coupe . Elles devraient utiliser les désormais fameux « leviers d’action » que sont notamment l’augmentation des effectifs des classes, la poursuite de la baisse de la scolarisation des enfants de 2 ans, la suppression des RASED, la diminution du potentiel de remplacement.. L’ensemble de ces économies concerne tous les secteurs de l’Éducation (école, collège, lycée, lycée professionnel, services centraux et services déconcentrés, sociaux et de santé), et s’avère particulièrement destructrice pour la formation des enseignants…

Les satisfecit ministériels et les expérimentations diverses ne peuvent masquer l’évidence : l’ambition éducative pour tous les jeunes n’est plus une priorité en France. Cette poursuite des suppressions d’emplois, alors que les effectifs d’élèves augmentent, ne permettra pas au système éducatif de répondre au défi d’une nouvelle étape de démocratisation. Et ce sont les élèves des milieux les plus défavorisés qui en sont les premières victimes.

Nous ne pouvons accepter cette mise à mal du service public d’éducation pas plus que nous ne pouvons accepter la réforme des retraites rejetée d’ailleurs massivement pas les personnels, fortement impliqués dans la mobilisation exceptionnelle qui s’est développée ces dernières semaines. Les fonctionnaires sont pleinement concernés par cette réforme injuste et brutale. La mise sous conditions du minimum garanti de pension diminuera les plus faibles pensions. La suppression de la CPA illustre une politique de gestion des carrières méprisant les réalités professionnelles de la Fonction publique. La suppression brutale du droit des mères de trois enfants va ainsi pousser hors de l’activité professionnelle des milliers de nos collègues . les concessions imposées au projet initial ne permettront pas d’épargner les services et établissements du ministère, mis en difficulté par les départs massifs prévisibles d’ici au 30 juin prochain. L’ampleur des mobilisations confirme qu’au-delà de la réforme des retraites, l’emploi, notamment la résorption du chômage des seniors, les salaires, les conditions de travail mais aussi l’avenir des jeunes sont restés sans réponses crédibles notamment depuis l’aggravation des situations liée à la crise financière de 2008. Les lycéens et les étudiants ont bien compris que cette réforme rendait plus difficile encore leur insertion professionnelle.

Nos organisations confirment leur engagement au sein de l’intersyndicale interprofessionnelle et demandent au président de la République de ne pas promulguer cette loi. Nos organisations confirment que c’est par un large débat public et une véritable concertation en amont qu’il faut aborder une réforme importante comme celle des retraites.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU