Pour Info - FSU - En ligne


Christophe Batardy (BN du SNAC)

mardi 5 décembre 2006  Enregistrer au format PDF


Au cours du congrès de Perpignan le thème âprement discuté avait été celui de la place de la FSU dans le champ syndical français (thème 4). Le congrès s’était alors prononcé pour une ouverture du champ de syndicalisation de la FSU à la totalité des trois fonctions publiques. Suite au mouvement concernant les retraites et la décentralisation nombreux sont ceux qui ont quitté la CFDT et pour certains rejoint la FSU entre 2003 et 2006.
A part cela, depuis Perpignan, le paysage syndical français n’a pas évolué. Les « partenariats », les « formes d’organisations syndicales nouvelles » souhaités au dernier congrès (textes du Thème 4) par la FSU n’ont pas vu le début d’un commencement.
Nous sommes toujours la seule organisation qui affiche la réunification du syndicalisme comme objectif et pourtant maintes « anecdotes » illustrent la façon dont il est fait cas de ce qu’est la FSU. Le communiqué publié dans le journal Libération (du 29/06/2006) concernant les enfants sans papiers, communiqué signé par la CGT la CFDT et l’UNSA, sans y associer la FSU (dont c’est pourtant le champ de compétence et de représentativité) est la preuve d’une volonté de se positionner en excluant la FSU. Qu’aurait-on entendu si la FSU avait signé seule une tribune dans le même journal sur le secteur Energie (je n’oserais évoquer le peu d’empressement de la CGT à voir la FSU s’associer à ses manifestations de défense d’un secteur de l’Energie publique) ?
Le U de Unitaire ne semble donc pas à l’ordre du jour. Que faire donc ? A lire les premières moutures des documents traitant du thème 4 pour notre congrès de Marseille il semble qu’aucune réponse ne soit apportée à cette question.
Face à un paysage syndical figé voire une hostilité des appareils, si nous croyons en une pratique qui nous est propre, pourquoi se limiter à n’être qu’une fédération de fonctionnaires ? Libérons-nous de la peur (pour quelle bonne raison du reste ?) de faire de l’ombre à la CGT et cessons d’attendre une main tendue de la part du G10.
Nous avons été traité d’ « irresponsable » par F.Chérèque dans le journal Libération suite au mouvement sur le CPE (12/04/2006). Soyons du coup réaliste et transformons-nous en confédération. Annonçons clairement que nous syndiquons tout salarié ou retraité qui souhaite nous rejoindre. Proposons cette perspective aux syndiqués en vue du Congrès de Marseille.
Cela fait plus de 50 ans que la réunification attendue du mouvement syndical ne voit pas le jour et que nous faisons semblant d’y croire. Après tout, c’est peut-être que cela n’est pas l’enjeu du moment et qu’il est plutôt temps pour la FSU d’essayer d’occuper une plus grande place dans le champ syndical français et européen.
Les mouvements de 1995, de 2003 et le dernier sur le CPE montrent que nous avons une place particulière à occuper. Osons le faire à partir de 2007 en tant que confédération !


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU