Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2004-2005 > N°319 du 13 au 17 juin 2005 > Compte rendu audience De Robien (8 juin 2005)

Compte rendu audience De Robien (8 juin 2005)

vendredi 17 juin 2005  Enregistrer au format PDF


Nous avons été reçus par le ministre accompagné de son directeur de cabinet (Patrick Gérard, ancien directeur de la DESCO) et son conseiller spécial ( Marc Foucault, ancien directeur de cabinet à l’équipement)

La rencontre a duré environ 2 heures ; le ministre a exprimé sa volonté de dialogue et la discussion a été ouverte et approfondie. Cependant pour l’essentiel nous n’avons pas eu de réponse précise à nos demandes voire pas de réponse du tout. Et si certaines orientations affichées semblent intéressantes, elles demandent à être confirmées et vérifiées.

Loi Fillon

La FSU a rappelé à la fois sa demande d’abandon de la loi Fillon et son exigence d’une transformation du système éducatif pour assurer la réussite de tous les jeunes. Le ministre dit que la « loi est votée » mais affiche sa volonté de dialogue en ce qui concerne son application et confirme l’existence pour lui de marges de manœuvre en ce domaine. Il souhaite rechercher d’abord les mesures qui apportent un « plus social » et ne sont pas conflictuelles : dans la conversation il évoque les langues vivantes dans le primaire, les bourses et le soutien aux élèves en difficulté, déconnecté éventuellement du socle commun voire accompagné de l’affichage d’une relance des ZEP. Sur les remplacements il évoque de manière peu précise une expérimentation de systèmes de remplacement sur la base du volontariat et de mesures incitatives.

Un échange a lieu sur les IUFM où nous demandons qu’avant toute procédure d’intégration aux universités il y ait discussion sur les garanties à apporter sur les personnels et les sites départementaux et élaboration d’un cahier des charges national ; le ministre semble donner son accord.

Rentrée

Nous rappelons nos demandes d’un collectif budgétaire et soulignons les problèmes de la rentrée tant dans l’enseignement que dans le supérieur et la recherche ou les services administratifs ainsi que les problèmes de réemploi des non titulaires. Nous soulignons que l’EN en tant qu’employeur doit contribuer aussi à la lutte contre le chômage et la précarité et nous posons le problème des listes complémentaires aux concours du second degré ainsi que de la transformation des heures supplémentaires en emplois. Aucune réponse sur ce dossier, le ministre se contentant de noter.

Recherche

Nous rappelons nos demandes et en particulier notre exigence que les organisations syndicales soient associées à la négociation sur le projet de loi, à la différence de ce qu’avait fait François D’Aubert. En dehors d’un accord de principe sur la négociation le ministre ne répond rien de concret, renvoyant pour l’essentiel à son ministre délégué.

Décentralisation

Nous rappelons notre opposition aux tranferts et demandons si le gouvernement entend passer en force alors que la quais totalité des régions et une partie des départements refuse de signer les conventions. Pas de réponse précise si ce n’est qu’il veut discuter avec les régions.

CNDP

Notre demande est double : remettre immédiatement en marche le site internet et confirmer le mandat de négociation de M Cervel, président du CA ; le ministre y semble favorable mais ne répond pas de manière formelle.

TPE

Le choix fait pour la prise en compte au bac 2006 des TPE de première n’a pas été négocié par F Fillon qui s’est contenté de consulter le CNVL : nous contestons la formule retenue, source d’injustices ; le cabinet propose de rechercher une solution associant deux formules (la nôtre et celle retenue)

Primes nouveaux enseignants

Une prime pour les nouveaux enseignants a été budgetée sur la base de 1000 euros ; que devient-elle ? Le cabinet répond qu’il n’y a pas assez d’argent pour la payer à tous et exprime son embarras ; pas de réponse plus précise.
Lycéens
Nous demandons que le gouvernement fasse un double geste d’apaisement : abandonner toutes poursuites et retirer les plaintes d’une part ; d’autre part recevoir toutes les composantes du mouvement lycéen. Une écoute attentive mais pas encore de réponse, le cabinet exprimant cependant ses réserves sur une rencontre avec les CAL
Elèves étrangers en situation irrégulière
Nous demandons l’arrêt des expulsions ; le ministre renvoie sur l’Intérieur ; nous lui demandons d’intervenir auprès de N Sarkozy.

Enfin le ministre a donné un accord de principe pour rencontrer individuellement les syndicats nationaux de la FSU qui le sollicitent.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU