Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2004-2005 > N°319 du 13 au 17 juin 2005 > Compte-rendu de l’audience du 14 juin 2005 avec le ministre de la Fonction (...)

Compte-rendu de l’audience du 14 juin 2005 avec le ministre de la Fonction publique C. Jacob

vendredi 17 juin 2005  Enregistrer au format PDF


La FSU a été reçue par Christian Jacob, ministre de la fonction publique.

Ce dernier a souhaité entendre les demandes et propositions de la FSU et d’une manière générale s’est contenté de demander des précisions sans répondre, sauf sur quelques points.

D’entrée de jeu la FSU a insisté sur les questions d’emploi public en réponse aux déclarations de JF.Copé la veille : elle a souligné combien l’annonce de la poursuite des suppressions d’emplois était inacceptable :elles ignorent les besoins en partant d’a priori budgétaires et elles sont contradictoires avec la démarche affichée de lutte contre le chômage. Le ministre de la fonction publique a affirmé qu’il était favorable à une démarche partant des besoins et non de décisions budgétaires préalables ; nous avons souligné que nous jugerions sur pièces mais que pour nous les décisions en matière d’emploi public seraient déterminantes pour la rentrée. Nous avons également abordé les problèmes de la précarité en demandant la poursuite rapide des discussions engagées sur les recrutements de non titulaires et un moratoire sur les licenciements de précaires. Le ministre n’a répondu que sur le premier point en assurant que les discussions allaient reprendre d’ici le début juillet.
Le second dossier déterminant que nous avons évoqué a été bien sûr celui des salaires avec une double demande : d’une part l’ouverture de négociations salariales dès juin, d’autre part l’ouverture immédiate de négociations sur la reconstruction de la grille avec en priorité la catégorie C, ce qui suppose le retrait de l’ordre du jour du CSFPE des fiches indicaires relatives à la fusion des échelles E2 et E3 (qui ne se traduit que par une réduction de l’amplitude de carrière), et au projet partiel et non négocié concernant les attachés.

Le ministre n’a pris aucun engagement mais a laissé entendre qu’il n’envisageait pas de négociations salariales immédiates. Son attitude lors du CSFPE du 16 juin sur les textes dont nous demandons la suspension sera bien sûr un signe important de prise en compte de nos demandes.
Nous avons aussi demandé des négociations sur le droit à formation continue pour les fonctionnaires, sur les questions relatives aux retraites et aux retraités, sur l’action sociale et sur la protection sociale complémentaire des fonctionnaires. Sur toutes ces questions nous attendons également des réponses.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU