Pour Info - FSU - En ligne


Contribution de la FSU 21

mardi 30 mai 2006  Enregistrer au format PDF


Historique des actions :

Blocage de la faculté droit lettres début mars.

Jeudi 16 mars : grève peu suivie dans l’EN, manifestation unitaire salariés étudiants de 4000 personnes.

Samedi 18 mars : manifestation de 8000 personnes.

Mardi 28 mars : grève fortement suivie dans l’EN, et manifestation unitaire de 10000 personnes. Blocage des lycées jusqu’au retrait, avec le soutien des enseignants et de la FSU.

Mardi 4 avril : grève moins suivie, mais manifestation de 12000 personnes.

Analyse :

Des manifestations très importantes, de l’ordre de celles de 95. Ce mouvement s’est construit et amplifié avec en toile de fond les écueils qui nous ont conduit à l’échec en 2003. Localement nous avons eu des difficultés à dépasser les mots d’ordre nationaux et à contextualiser le mouvement dans un cadre départemental. D’une part les contacts avec les étudiants mobilisés ont été défectueux, et les organisations syndicales étaient réticentes à prendre des initiatives locales. Par exemple, le 23 mars, la section départementale FSU 21 avait pris la décision d’appeler à la grève, mot d’ordre qu’elle a dû retirer, étant seule à appeler, et sans connaissance des décisions de manifestations des jeunes.
Un enseignement à tirer : un faible taux de grévistes le 4 avril, mais une participation massive à la manifestation. Des collègues ont sans doute pu se libérer grâce au blocage de leur établissement. Les collègues semblent réticents devant la répétition des jours de grève, surtout le même jour.

Violences et répression :

Dans les lycées aucune violence, intervention de la police au lycée de Brochon, des parents proches de l’UMP tentent de forcer le blocage du lycée Carnot de Dijon.
Manifestations pacifiques, si ce n’est des provocations policières le 28 contre un militant de Solidaire. Les 28 et 4 avril, une partie de la manifestation s’est détournée vers la gare, afin de perturber le trafic ferroviaire. La première fois, nous n’avons pas pu empêcher l’évacuation par la force des manifestants, ce qui a conduit à des violences avec des manifestants blessés, et trois interpellation, avec une comparution immédiate et un emprisonnement d’un mois ferme. Le 4 avril par contre, la présence de militants FSU a permis une levée de l’occupation sans affrontement, après négociations. Une délégation de militants a été ensuite reçue à la préfecture.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU