Pour Info - FSU - En ligne


Editorial

mercredi 15 novembre 2006  Enregistrer au format PDF


L’autoritarisme, les expressions provocatrices, les inspections sur ordre, les menaces de sanctions du ministre de l’Éducation nationale ont créé un climat détestable en cette rentrée. Pour y mettre un terme, les organisations syndicales signataires avaient arrêté, le 20 octobre dernier, le principe d’un réaction forte des personnels.
En ce début novembre, elles constatent les signes d’un changement positif dans l’expression du ministère sur les questions liées à la lecture. Elles y voient la conséquence de la mobilisation des personnels enseignants, enseignants-chercheurs et des corps d’encadrement.

Ces signaux d’apaisement doivent être confirmés par l’abandon des menaces de sanction.

Pour les organisations signataires, les défis que doit relever le service public d’Éducation en matière d’intégration et de réussite de tous les élèves nécessitent des relations de coopération et de confiance entre parents, enseignants et responsables de l’Éducation nationale.
Elles attendent du ministère de l’Éducation nationale qu’il confirme par ses actes l’évolution engagée. Il doit engager un véritable dialogue sur l’ensemble des questions qui sont aujourd’hui l’objet de conflits.

Elles appellent les collègues à rester vigilants et solidaires.

PARIS, le 9 novembre 2006


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU