Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2005-2006 > N°339 du 06 au 10 février 2006 > Fédération nationale des collectifs de défense et de développement des services (...)

Fédération nationale des collectifs de défense et de développement des services publics

vendredi 10 février 2006  Enregistrer au format PDF


Elle s’est réunie les 28 et 29 janvier 06 à Lorient alors que dans la nuit du Vendredi à Samedi et le Samedi lui-même, des conditions climatiques exécrables rendaient dans beaucoup d’endroits, les déplacements routiers difficiles et contraignaient de nombreux Collectifs à annuler leur venue.
Malgré cela une centaine de représentants de Collectifs et d’Organisations Associées ont travaillé pendant 5h samedi et 3h dimanche matin sur les 3 points de l’ ordre du jour :

  • Structuration de la Fédération et passage à une forme Association relevant de la loi de 1901
  • Débat sur l’élaboration du Manifeste des Services Publics auquel travaille actuellement la Fédération, qui a chargé une Commission de sa rédaction
  • Définition des initiatives et actions de l’ Association dans les prochains mois.

Cette 2ème Assemblée Plénière de la Fédération a été un succès dans son contenu. Les débats, stimulants, ont permis de confirmer et de conforter les grandes orientations identitaires de la Fédération et de mettre l’accent sur quelques axes d’actions prioritaires

Vous en trouverez une synthèse ci-après.

La décision de donner une forme associative légale à la Fédération a donc été prise.

Les statuts reprennent bien entendu les principes et objectifs fondateurs affirmés dans l’Appel National lancé à Guéret au soir de la manifestation du 13 nov 2004, répétés lors de la naissance de la Fédération les 25 et 26 juin 2005 à Guéret et confirmés dans l’Appel d’Angoulème du 17 sept 2005 à l’issue de sa 1ère Assemblée Plénière .

Ce sont là nos références « historiques » et elles ont fourni le socle sur lequel se sont construites les deux manifestations remarquées du 5 mars 2005 à Guéret et du 19 nov 2005 à Paris, qui ont constitué l’apport original de notre mouvement à la dynamique sociale visant à placer l’AVENIR des SERVICES PUBLICS au cœur des luttes pour une société d’Egalité et de Solidarité. Ces valeurs dont s’est toujours nourri le meilleur de l’histoire de la République, les combats menés en leur nom pour la justice sociale, le libre et plein exercice des Droits Fondamentaux et le renouveau de la Démocratie, la volonté de préserver et développer le Bien Commun, tout cela renvoie sans cesse à la nécessité de promouvoir les Services Publics, de les Reconquérir et de les Etendre, de les Démocratiser.

En ce sens, toutes les citoyennes et les citoyens sont concernées, travailleuses et travailleurs du Privé comme du Public.

La Fédération s’appelle désormais « Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement des Services Publics » (CN.CDDSP ).

Elle est loin d’être la seule à porter l’exigence de la Promotion des Services Publics. C’est ce constat qui nourrit notre unique ambition : être utile pour faire connaître et faire converger les actions en leur faveur, aider à amplifier l’engagement citoyen et la dynamique unitaire sur cette question-là, qui dépasse le cadre national et s’inscrit dans la problématique de la construction européenne et de la mondialisation libérale.

Toutes celles et ceux qui s’engagent dans cette dynamique et l’ animent, savent combien elle a besoin ,pour que s’imposent les choix politiques qu’ elle réclame, de rassembler les salarié-e-s et leurs organisations syndicales, les élu-e-s et les forces politiques, les associations et les groupes d’usager-e-s qui par expérience peuvent mesurer combien la qualité de leur vie quotidienne dépend de l’existence et du bon fonctionnement des Services Publics . L’Assemblée de Lorient a fortement réaffirmé la nécessité de ce « trépied » et s’est félicitée d’avoir encore une fois réussi à réunir ce jour-là un éventail syndical, politique et associatif pluraliste, à l’image de ce qui se structure tous les jours à l’échelon communal, départemental voire interdépartemental. Ce pluralisme est encore à élargir et la « CONVERGENCE » s’y emploiera, dans le respect total de la souveraineté des Collectifs (reconnue sans ambigüité dans les statuts) en direction desquels est lancé un appel à l’adhésion d’un montant minimum fixe de 50 euros auquel s’ajoute, s’il y a lieu, un pour cent des recettes.

Deux Assemblées Plénières, dont une à valeur d’Assemblée Générale, réuniront dans l’année les représentants des Collectifs adhérents.

Ceux-ci sont dits « membres actifs « et à leur côté figurent les « membres associés « , c’est-à-dire toutes les organisations qui souhaitent, dans les modalités qu’elles choisissent elles-mêmes, accompagner la CONVERGENCE dans ses travaux et initiatives, et enfin les membres donateurs. Les membres associés comme les membres donateurs sont informés de l’ensemble des activités de l’association , et y participent avec voix consultative, à l’inverse des membres actifs qui ont voix délibérative.

L’Assemblée Générale élit pour un an un Conseil d’Administration de 8 à 22 membres, qui pour être candidats au C.A. sont eux-mêmes élus par les Collectifs auxquels ils appartiennent.

Les Assemblées pléniéres ont voix prépondérante sur le C.A qui leur rend compte de ses activités .

L’assemblée de Lorient a élu un C.A provisoire de 8 membres (avec comme Président Bernard Defaix, porte-parole du Collectif Creuse ), qui fera également office de Bureau pendant quelques mois et qui remettra son mandat à l’Assemblée Constitutive de « Convergence « .

Elle se tiendra à l’automne 2006 ; le lieu et la date doivent en être rapidement fixés mais elle sera très probablement couplée avec des ASSISES NATIONALES POUR LA DEFENSE ET LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES PUBLICS qui verront la présentation du « MANIFESTE DES SERVICES PUBLICS ».

Il a été convenu qu’en début d’été 2006 se tiendra un COLLOQUE sur deux journées, organisé par CONVERGENCE qui aura pour but de faire le point sur le MANIFESTE DES SERVICES PUBLICS avant la dernière étape de sa rédaction .

Lorient a été marqué non seulement par la confirmation d’une participation syndicale clairement assumée - et écoutée - (on pourrait en dire tout autant de la composante politique !) mais aussi par l’attention accrue portée aux mobilisations citoyennes qui se multiplient dans certains secteurs grâce à l’action d’Associations et de Collectifs dont la représentativité est devenue indiscutable par la pertinence de leur action. C’est le cas dans la Santé, l’Education et la Recherche, l’Energie, l’Eau, les Transports et La Poste.

L’Assemblée a écouté avec beaucoup d’attention Michel Partage, maire de Varages ( Var) venu parler de l’action de l’association qu’il anime, en faveur du droit pour toutes et tous à l’eau, droit fondamental et universel dont l’exercice implique que l’eau soit reconnue comme un bien commun et qu’ en conséquence la distribution, l’assainissement et tout ce qui touche à sa gestion, doit relever du Service Public, géré démocratiquement avec les salarié-e-s, les élu-e-s, les usager-e-s.

Il est ressorti de cet échange que nous pourrions travailler de façon plus interassociative à la construction de convergences dont l’efficacité mobilisatrice en sortirait accrue.

Il est plus que jamais d’actualité de multiplier les collectifs , de rassembler et de proposer des liaisons au niveau des cantons et des départements mais aussi par secteurs . Le Gouvernement a dit à ses Préfets « Au boulot pour moderniser » et nous savons tous par expérience ce que signifie une modernisation libérale. Dans tous les départements, travaillons collectivement à des Etats des lieux et à l’élaborations de revendications précises, chiffrées, à partir des besoins.

Dans cet esprit, CONVERGENCE a décidé de faire du 10 juin une grande journée d’actions revendicatrivese t festives sur tout le territoire nationale , avec comme thême « faites de l’avenir pour les services publics ».

C’est un appel à tous les collectifs, à toutes les organisations partenaires, à toutes celles et ceux qui veulent refuser les privatisations, les mises en concurrence, les suppressions, les restrictions ,
A toutes celles et ceux qui veulent reconquérir les services publics, en exiger des nouveaux.

Le tout avec de nouveaux droits démocratiques pour les élu-e-s, les salarié-e-s, les usager-e-afin de participer au contrôle du fonctionnement du service public.

Décidons dés maintenant par ville, chef-lieu de département, capitale régionale, de construire ce jour-là, dans l’unité et dans les formes qui paraîtront les plus adaptées aux conditions locales (défilés, rassemblements, délégations etc...) l’initiative la plus massive et la plus marquante possible.

Nous allons travailler à quelques grands rassemblements qui soient les symboles à la fois de la résistance à la casse des services publics et de l’exigence de créations nécessaires pour répondre aux besoins nouveaux.

Le 10 juin, tous ensemble, occupons l’espace public pour affirmer la nécessité de services publics de qualité partout pour toutes et tous !

En préfiguration de ce qui sera, le 10 juin, une énorme fête revendicative, la Creuse accueillera avec joie à Saint-Vaury (6 kms de Gueret) toutes celles et ceux qui le 5 mars 2006 voudront fêter l’avenir des services publics !

Rassemblement à partir de 11h : musiques, expo, casse-croute possible sur place.

Débat sur le thème « Les services publics que nous voulons et particulièrement en Creuse » de 14h30 à 15h30 puis de 16h à17h.

Compte rendu à diffusion nationale fait le 31 janvier.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU