Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2007-2008 > N°400 - 26/11 au 30/11 - 2007 > Fusion UNEDIC / ANPE, danger !

Fusion UNEDIC / ANPE, danger !

lundi 3 décembre 2007  Enregistrer au format PDF


Le Projet de loi Lagarde (pour un service public de l’emploi refondé) confirme nos pires craintes : Pas question de créer un Etablissement Public, mais une « Institution nationale dotée d’un statut législatif » , pendant qu’une structure UNEDIC maintenue permettra au MEDEF et aux confédérations CGC, CFTC et CFDT de fixer les paramètres d’indemnisation et de financement du R.A.C.
Les réseaux ASSEDIC et ANPE seront totalement fusionnés, les salariés et agents soumis à une polyvalence extrême ; des agents de l’ANPE inscriront les D.E et plancheront sur les éventuelles indemnisations auxquelles ils peuvent prétendre quand dans le même temps, des salariés des ASSEDIC prescriront, feront de la mise en relation...

Ce projet aboutit à la disparition des métiers, à l’aggravation des conditions de travail (n’y-a-t-il pas - en plus - à craindre une remise en question des ponts et des horaires d’ouverture actuels, donc, une remise en question du temps de travail ?) .Il menace la mission fondamentale du régime d’assurance chômage qui est d’assurer l’indemnisation correcte de l’ensemble des chômeurs.

ATTENTION DANGER !

Contrairement à ce qu’affirme Mme Lagarde, l’objectif de son projet c’est avant tout de construire une nouvelle structure pour mieux contrôler les chômeurs, structure qui aura la maîtrise des sanctions et des radiations , c’est de permettre au MEDEF et à ses amis d’accentuer les pressions pour un retour à l’emploi au plus vite, dans n’importe quelles conditions afin d’économiser sur les indemnisations.

Le R.A.C doit garder son originalité, tout comme l’ANPE doit conserver la sienne. Les missions des deux - indemnisation et accompagnement vers l’emploi - sont complémentaires mais très différentes !

La fusion, ce sont des menaces précises qui vont peser sur les salariés :
C’est la disparition de la convention collective qui sera remplacée par une autre - « Création d’une convention collective agréée par l’Etat » , dit le projet - dont on ne sait pas grand-chose aujourd’hui , sinon que les salariés des ASSEDIC n’auront d’autre choix que d’y adhérer !
Ce sont les risques forts de suppressions d’emplois par la « chasse aux doublons » dans la nouvelle structure et la chasse à l’opérationnalité . Mme LAGARDE écrit la chose ainsi : « la mise en commun des moyens des deux réseaux permettra le déploiement d’agents supplémentaires sur le terrain et l’élaboration d’une offre intégrée et polyvalente » . Joliment dit, mais ça ne trompe pas grand monde !

On passerait en effet de 1500 sites à 1000 et 4500 postes seraient transformés, avec en perspective pour certaines ou certains un changement radical de métier et/ou la mobilité imposée.

Ce sont encore les techniciens qui vont se transformer de plus en plus en agents de contrôle des chômeurs, et c’est la disparition du peu d’humanité qui pouvait exister encore dans les relations avec ces derniers.

Le SNU - TEFI milite pour un service de qualité au service de toutes et tous ; il revendique de vrais droits pour les chômeurs, et en premier lieu, celui à être représentés dans toutes les instances où leur sort est discuté et se décide .
Le projet que l’on veut nous imposer aujourd’hui est nocif, tant pour les salariés du R.A.C que pour ses usagers et nous expliquer que cette fusion permettra de quasiment faire baisser le chômage par deux n’est pas très sérieux ! *

POUR NOS METIERS, POUR NOS MISSIONS,
POUR UN MEILLEUR SERVICE AUX CHÔMEURS,
POUR NOTRE AVENIR
AVEC LES AGENTS DE L’ANPE
TOUS ET TOUTES EN GREVE LE 27 NOVEMBRE

*La présidente de l’UNEDIC qui critique aujourd’hui le DG de l’ANPE parce qu’il serait un frein au processus de fusion, disait il n’y a pas si longtemps : la fusion ? « C’est une mauvaise idée, tout simplement parce que ce n’est pas la bonne réponse aux problèmes que connaissent les demandeurs d’emploi ni à l’ampleur du chômage en France. On frise la démagogie. Il ne faut pas laisser croire que, par une réforme de structures, on va faire baisser le chômage. »

Communiqué SNU-TEFI du 22 novembre 2007


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU