Pour Info - FSU - En ligne


Jean Michel Sahut (SNUipp 76 Emancipation)

mardi 5 décembre 2006  Enregistrer au format PDF


La Laïcité entre parenthèses

Parcourant les « Textes préparatoires » pour le 5ème congrès de la FSU à Marseille, j’ai la surprise, mauvaise, de ne rien trouver concernant la Laïcité. Un camarade me dit l’avoir vu citée... entre parenthèses. J’adopte alors une méthode de lecture plus systématique. Aucun paragraphe spécifique n’étant consacré à la question, il me faut donc une pugnacité de fin limier pour mener la traque.
Quels farceurs les rédacteurs pluralistes de ces textes ! En oubliant volontairement un sujet sensible, ils ont, astucieusement, incité à une lecture attentive. Bravo, très pédago. Mais la récolte est mince ! Trois occurrences pour ma part dont une effectivement entre parenthèses ; certains ont pu être plus chanceux.
Ainsi, à l’image de ce qui a été fait pour le Rapport national d’activité, il a été jugé préférable de ne pas faire de référence explicite à la Laïcité. Mais cette absence pose problème. On aurait aimé savoir où se situe la FSU sur cette question alors que les responsables nationaux de notre Fédération ont choisi en 2005 de marquer honteusement le centenaire de la loi de séparation des églises et de l’État. On aurait aimé être informé des interventions sur ce sujet faites par la FSU dans le cadre des divers forums sociaux et au sein de ATTAC. On aurait aimé connaître la réflexion de la FSU quant au « relativisme culturel ». On aurait aimé que la Laïcité ne soit pas réduite à l’état de fantôme absent dans des textes préparatoires à un congrès d’une Fédération qui se veut l’héritière des pionniers du syndicalisme universitaire.
Pourtant les occasions de s’exprimer sur la Laïcité et sa mise en œuvre effective ne manquent pas : le champion de la droite à l’élection présidentielle ne cache pas son intention de rendre au religieux sa place dans les institutions, entre autres, par les financements publics des lieux de cultes et de la formation des ministres du culte ; le rapporteur Machelon de la « Commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics » exprime sa préférence pour le statut concordataire d’Alsace-Moselle ; l’OGEC exige que soit dépassé l’accord tacite du quota public-privé 80% / 20% dans l’attribution des postes d’enseignement ; les communes sont mises en demeure d’arroser plus encore les écoles confessionnelles grâce au pittoresque Sénateur Charasse... (Liste non exhaustive)
Autant d’occasions manquées dans les textes qui nous sont proposés. Volontairement ?


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU