Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2007-2008 > N°392 - 01/10 au 05/10 - 2007 > Le point de la situation au soir du 1er octobre

Le point de la situation au soir du 1er octobre

vendredi 5 octobre 2007  Enregistrer au format PDF


Le BDFN du lundi 1er avait débattu de la position de la FSU et avait très majoritairement adopté un mandat établissant une plate forme en 5 points : salaires, emploi public, défense des statuts, défense des retraites et du code des pensions, défense du service public et se concluant ainsi « La FSU entend construire un mouvement dans la durée associant campagne d’opinion et actions des personnels », appelant à une première étape d’action le 18 octobre et mandatant la FSU pour proposer un appel unitaire à la grève dans la fonction publique à cette date et proposer de débattre d’une nouvelle étape en novembre.

C’est donc le mandat que nous avons défendu lors de la réunion unitaire Fonction Publique ce soir.

FO a fait état de sa position : une action fonction publique en novembre et pour le 18 octobre une action (voire un soutien à l’action) sur la seule question des retraites.

La CFTC a exclu tout appel pour le 18 et repris la proposition d’une action fonction publique en novembre. La CGC pour sa part n’avait aucun mandat pour envisager aujourd’hui une action ; pour l’UNSA un appel au 18 était totalement exclu et nos camarades nous ont affirmé n’avoir comme seul mandat que celui de proposer une « lettre ouverte » au Président de la République ; la CFDT opposée fermement à tout appel le 18 octobre se disait prête à envisager une action nationale en novembre ; la CGT avait un mandat pour appeler au 18 et se refusait initialement à envisager un texte mettant en perspective une action en novembre si ce texte excluait le 18 ; et Solidaires se prononçait à peu près dans les mêmes termes.

L’échange d’arguments entre partisans et adversaires du 18 n’a pas permis d’avancer. Le choix était donc soit d’en rester là et de sortir sans déclaration commune soit de trouver un moyen d’annoncer ce qui pouvait être un point d’accord assez largement partagé (envisager une action en novembre) sans que cela pose de problème à ceux qui voulaient appeler au 18.C’est cette seconde hypothèse qui a fini par aboutir au texte que vous avez reçu après de très longues discussions où l’UNSA surtout et dans une moindre mesure la CFDT, ont longuement bataillé pour que la mention du 18 soit aussi peu explicite que possible (comme vous le voyez le mot "octobre" n’est même pas prononcé...).

Nous nous y sommes ralliés pour que la réunion, très suivie par la presse n’apparaisse pas comme un total échec mais aussi pour acter par écrit la perspective d’une décision d’action unitaire en novembre (comme vous le voyez le texte parle de débattre des « modalités » d’une action et non de son principe ).

Que va faire la FSU à partir de là ? Un appel à 4 pour le 18 semblait difficile dès ce soir vu la position de FO sur les mots d’ordre et il a été convenu de se donner 48 heures pour réfléchir. Le BDFN de cet après midi avait débattu d’une hypothèse d’échec d’un appel unitaire : toutes les composantes de la fédération n’avaient pas de mandat pour accepter un appel ferme à la grève sans unité un tant soit peu large.

Le BDFN avait donc adopté un texte donnant une orientation (« elle propose une première étape d’actions (grèves et manifestations) le 18 octobre ») et qu’un secrétariat se réunirait mercredi en début d’après midi pour prendre une décision ferme sur les modalités de l’action à partir de la situation et des consultations que chacun mènerait et des contacts pris avec les autres organisations susceptibles d’appeler.

Gérard Aschiéri


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU