Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2005-2006 > N°351 du 29 mai au 2 juin 2006 > N. Sarkozy, des paroles ... et des actes qui les contredisent

N. Sarkozy, des paroles ... et des actes qui les contredisent

mardi 30 mai 2006  Enregistrer au format PDF


Le 27 juin prochain se dérouleront, au ministère de l’Intérieur, les élections à la commission paritaire administrative nationale des agents administratifs des préfectures. Les listes ont été déposées le 15 mai. Celle du Syndicat national unitaire des préfectures, syndicat affilié à la Fsu, est, sur décision administrative de l’employeur, écartée du scrutin en fonction d’une loi qui réserve le monopole de candidatures aux organisations jugées « représentatives » ... avant l’élection ! Les fonctionnaires concernés voient ainsi leur liberté de choix réduite. Et pourtant, le ministre dispose d’une large liberté d’appréciation, dont il est par exemple fait usage au ministère des transports ou au ministère de l’éducation nationale !

Mais n’est-ce pas N. Sarkozy, à la fois ministre de l’intérieur et président de l’UMP, qui prônait à Douai le 27 mars dernier la démocratie dans les élections professionnelles : « Rendons à chacun le droit imprescriptible de se présenter librement à une élection. Si l’on veut que la démocratie sociale fonctionne, il faut qu’elle soit réellement une démocratie. » ?

Il y a loin de la coupe aux lèvres !

La FSU, organisation syndicale la plus représentative des fonctionnaires de l’Etat, est une nouvelle fois écartée d’une élection qui concerne des fonctionnaires de l’Etat.

La FSU dénonce ce nouveau déni de démocratie. Elle soutient l’appel au boycott de l’élection lancé par son syndicat le SNUP - FSU. Elle invite les agents à exprimer ainsi leur exigence de respect de la démocratie qui suppose la liberté de voter pour les candidats de son choix, sans pré-tri de la part l’employeur.

Communiqué de la FSU - 18 mai 2006


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU