Pour Info - FSU - En ligne


POUR Elles info

mardi 5 décembre 2006  Enregistrer au format PDF


La FSU a toujours été consciente de la sous-représentation des femmes dans les instances syndicales et de l’écart anormal constaté entre la forte syndicalisation des femmes dans les champs des syndicats qui la constituaient et l’investissement militant féminin. Déjà, le congrès fondateur de Macon avait inscrit dans ses statuts « ... la Fédération créera les conditions d’une représentation équilibrée entre les hommes et les femmes ... ». Lors du congrès de La Rochelle en 2001, l’article 5 des statuts précisa « ... la fédération créera les conditions et mettra en œuvre une représentation équilibrée entre les hommes et les femmes ... ». Un observatoire devait aussi être installé pour mieux analyser et travailler les entraves à l’investissement militant des syndiquées.
Mais avant de réfléchir aux moyens d’atteindre une parité réelle, une analyse des chiffres était nécessaire. En 2001, 10% de nos secrétaires départementaux étaient des femmes, 20% de femmes au CDFN et presque 25% au BDFN. Aucune évaluation n’avait alors été faite sur le volume de décharges. On pouvait constater que le déséquilibre en faveur des hommes était plus prégnant au niveau des tendances et des académies, les syndicats nationaux étaient quant à eux un peu plus féminisés.
Aujourd’hui, un autre constat est à faire à la veille d’un nouveau congrès qui aura à réfléchir sur l’avenir de notre syndicalisme. Il est certain que le renouveau syndical passera par l’incorporation des nouvelles générations et il ne se fera pas sans une prise en compte réelle du poids des femmes dans le monde du travail. Alors que, dans beaucoup de secteurs où la FSU est fortement implantée, les femmes sont depuis longtemps majoritaires, en 2006 on compte : 16% de femmes dans le CDFN au titre des départements, 33% sur le CDFN, 22% au BDFN. De plus, les militantes de la FSU occupent environ 30% du volume de décharges.


Illustration d’après Misstic

Force est de constater qu’il y a peu d’évolution et cela malgré tous les débats de société qui ont mis en évidence, depuis presque dix ans, une absence de parité dans tous les lieux de pouvoir. La FSU n’a pas su trouver encore les voies vers une égalité réelle : si elle a mis en exergue les difficultés des femmes, les inégalités de traitement, dénoncer les violences, l’absence de droits ... dans la société, le monde du travail, à l’école, elle s’est peu investie sur son propre terrain. Aujourd’hui, la question reste la même : quels moyens se donne-t-on pour que notre fédération puisse afficher dans son fonctionnement le principe d’égalité entre les femmes et les hommes, principe qu’elle défend pourtant « au-dehors » ?
Déjà en 2001 nous disions qu’il était temps de prendre la mesure de la situation, de modifier les règles de fonctionnement (prise de parole alternée, formation syndicale, limitations des heures de réunions tardives ...) ainsi que celles du RI sur les délégations (au moins 1 femme dans les délégations de 2 et 4 personnes -qui pour des petits chiffres englobent le titulaire et le suppléant-, pour celles de 6 au moins 2 femmes ...). Déjà nous nous interrogions sur l’image que pouvait renvoyer la FSU. Doit-on avancer vers des mesures plus volontaristes ? Adopter des statuts plus contraignants ?
Pour faire le point sur la question et alimenter les débats, le secteur femmes de la FSU a réalisé ce quatre pages qui fait aussi le point sur certains « zoom » du congrès auxquels le secteur a collaboré.
Parce que nous pensons que nous avons un vivier de femmes susceptibles de s’investir mais qu’il faut leur donner les moyens et l’envie de militer plus, parce que nous croyons qu’un ensemble de mesures peut assurer aux femmes la place qui leur revient de droit dans la FSU et dans les syndicats nationaux comme dans la société, parce que certaines questions ne sont abordées que si les femmes les portent, enfin, parce qu’il est essentiel de donner un autre visage au syndicalisme que nous défendons, nous revendiquons une plus grande féminisation à la FSU.
Le secteur femmes


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU