Pour Info - FSU - En ligne


Philippe Noller (SD FSU 57)

mardi 5 décembre 2006  Enregistrer au format PDF


Actualité de la laïcité

Les religions pèsent de plus en plus dans la vie politique. La tendance au prosélytisme de certaines entraîne de nouvelles atteintes à la laïcité dans de nombreux pays, du monde et d’Europe, y compris la France.
De Villepin vient d’accorder de nouvelles faveurs à l’enseignement catholique (obligation de financer par les communes). Celui-ci dépose déjà de nouvelles demandes. L’Opus Dei a ses entrées à l’Elysée et jusqu’au gouvernement. L’Eglise Catholique intervient directement dans l’élaboration des lois depuis l’Assemblée Nationale même où elle dispose d’un bureau. Elle entretient une représentation très conséquente et permanente à Bruxelles et a pesé très fortement dans le débat sur la Constitution Européenne. Son pouvoir réel, principalement occulte, se nourrit de la complicité d’élus dominés par des soucis électoralistes.
Face au lobbying clérical, les organisations laïques traditionnelles mènent une « action » réduite à un discours sur les idées générales, et négligent les actions concrètes.
Il y a pourtant matière à agir. Le Parti Socialiste a déposé un projet de loi sur la laïcité au début de l’été. Nicolas Sarkozy, lui, cherche à consolider et à étendre le régime particulier d’Alsace et Moselle. Un projet de loi est déposé à cet effet. Les rapports Machelon (rapports des cultes avec les pouvoirs publics) et Rossinot (laïcité dans les Services Publics) ont été remis au ministre de l’Intérieur en septembre. Divers événements continuent d’alimenter l’actualité. Le délit de blasphème, aboli par la Révolution française est maintenu en Alsace et Moselle et sanctionné effectivement (dernière application 1999) : dans l’un de nos trois département, M. Redecker, eût pu être condamné à trois ans de prison.
La FSU la FOL et la FCPE de Moselle ont remis à Jacques Chirac, le 6 janvier dernier à Metz, une adresse solennelle relative au statut scolaire et au concordat. Elle propose que seuls les Alsaciens et Mosellans volontaires (et non tous les français dont vous) comme en Allemagne voisine, financent le clergé de leur choix. Nous demandons aussi au gouvernement d’ouvrir un débat national sur une législation archaïque, datant du 19ème siècle et encore en vigueur sur une partie du territoire national où ni la liberté de conscience ni la Constitution laïque ne sont respectées. Nous proposons à nos camarades alsaciens une prise de position commune sur le sujet. Dans le contexte actuel il nous semble impossible que la FSU soit muette sur la laïcité. Le Congrès national pourrait donc adopter un texte (non limité aux questions d’Alsace Moselle). Nous sommes en mesure de proposer un projet.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU