Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2007-2008 > N°404 - 04/02 au 08/02 - 2008 > Publication du rapport de la commission Pochard

Publication du rapport de la commission Pochard

mercredi 6 février 2008  Enregistrer au format PDF


Fondé sur des a priori gestionnaires et raisonnant dans un cadre budgétaire contraint, le rapport présenté par la commission Pochard ne répond en rien aux attentes des personnels en matière d’amélioration de leurs conditions de travail et de revalorisation ; au contraire, par bien des aspects, il constitue une véritable provocation en allant au rebours des besoins des métiers de l’éducation, des revendications des personnels et des exigences d’un service public d’éducation pour la réussite de tous les jeunes.

Il fait l’impasse sur l’ensemble des enseignants du premier degré et se concentre quasi exclusivement sur ceux de second degré. Il ignore également l’existence des autres personnels de l’équipe pluri-professionnelle. Il fait en outre l’impasse sur les personnels précaires.

C’est ainsi qu’il propose un redécoupage des activités en ignorant à la fois ce qui fait l’unité et la complexité du métier et la nécessité de libérer du temps pour mieux travailler ; Pour les enseignants de collège, il remet en cause la nécessaire maîtrise des disciplines enseignées en proposant de développer une bivalence que refusent massivement les personnels ; caricaturant la réalité en matière de rémunération et de carrière, il prône une individualisation et une concurrence accrues qui non seulement risquent de développer l’arbitraire mais vont à l’encontre des besoins d’un travail plus collectif et plus solidaire ; cela va de pair avec l’accroissement de l’autonomie des établissements qui, dans un contexte de concurrence entre établissements et de réduction des moyens, fait courir le risque d’un système éducatif encore plus inégalitaire.
En dehors de quelques pistes circonscrites (comme celle de pré-recrutements), la commission semble avoir été sourde à ce que lui ont dit les représentants des personnels ; par exemple, le rapport ne prend pas en compte les transformations du métier d’enseignant et ne formule aucune proposition notamment en matière de développement du travail en équipe.

Ce rapport ne peut servir de base à une négociation sur la revalorisation du métier tant il est hors sujet. La FSU souhaite que le ministre de l’Education Nationale en prenne conscience et ouvre enfin de vraies négociations prenant en compte les attentes des personnels et les propositions de leurs représentants dans l’intérêt du service public et donc des jeunes.

Communiqué FSU du 4 février 2008


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU