Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2007-2008 > N°410 - 31/03 au 04/04 - 2008 > REGROUPEMENT DES CAISSES DE RETRAITE : graves menaces

REGROUPEMENT DES CAISSES DE RETRAITE : graves menaces

mardi 1er avril 2008  Enregistrer au format PDF

QUID des régimes ? QUID des personnels ?


A la veille d’une journée nationale d’actions sur la question des retraites prévue le 29 mars, le gouvernement envisage un nouveau mode de gestion des régimes de retraite publique.

Ainsi, nous apprenons, par la presse, que Bercy souhaite créer une caisse de retraite centrale des fonctionnaires, regroupant tous les agents des trois Fonctions Publiques. Seraient concernés, selon le quotidien, les agents de la Fonction Publique d’Etat (49% des 5.2 millions d’agents publics), ceux des collectivités territoriales (1.5 million) et enfin ceux de la Fonction Publique Hospitalière (966 000 personnes).

Cette caisse centrale regrouperait les Services des Pensions de Nantes –gérés par l’Etat-, ceux de la CNRACL et de l’IRCANTEC gérés actuellement par la Caisse des dépôts.

Bercy a confié cette mission à François MONGIN, inspecteur des finances, qui s’est rendu ce jour à l’établissement CDC de Bordeaux, au sein de la CNRACL.

Outre le caractère autoritaire d’une telle annonce, sans concertation avec les organisations syndicales, le SNUP-FSU voit dans cette centralisation la mise en œuvre des préconisations des détracteurs du service public, relayé par le sénateur UMP Marini.

Les objectifs annoncés de regroupement de l’ensemble de la gestion des régimes de retraite de toute la fonction publique visent clairement au désengagement de l’Etat et à offrir à terme un cadeau aux grandes assurances privées dont les moyens financiers opaques sont aujourd’hui en difficulté avec les crises boursières. La pérennité des régimes de retraite est à terme mise en cause. Cela va de pair avec la volonté du pouvoir d’allonger la carrière professionnelle de tous pour avoir une retraite à taux plein. La mise en place de PERCO dans la Fonction Publique entre dans cette démarche.

Le statut des personnels qui travaillent pour ces régimes de retraite est la première cible, car la règle c’est la privatisation et non la défense d’un grand service public. Le pouvoir recherche dans cette gestion privatisée des retraites la diminution du nombre de postes de travail et une baisse de la masse salariale versée. Le ton a été donné par les penseurs de l’IFRAP conseils du Président (Cf l’article sur la gestion à prix coûtant au verso).

Le SNUP-CDC-FSU demande au Directeur de la CDC de s’exprimer sur ce sujet qui vient au même moment que celui de la banalisation du livret A et de ces conséquences sur le financement du logement social et du démantèlement de la Direction des Fonds d’épargne, que ses cadres désertent les uns après les autres. Aujourd’hui l’annonce d’une « caisse regroupant tous les régimes publics de retraite » regroupant fonctionnaires d’administration centrale et fonctionnaires de la Caisse des dépôts, légitime l’inquiétude des personnels de l’établissement public CDC.

Quand les missions de service public confiées à la CDC sont à ce point menacées, le Directeur général doit s’expliquer auprès des personnels.

Communiqué du SNUP-CDC du 18 mars 2008


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU