Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2008-2009 > N°423 - 29/09 au 03/10 - 2008 > Rapport d’activité de l’institut de recherches de la FSU

Rapport d’activité de l’institut de recherches de la FSU

mardi 30 septembre 2008  Enregistrer au format PDF

BILAN 2006-2007 ; PROGRAMME D’ACTIVITES 2007-2008


Qu’avons-nous fait depuis l’Assemblée Générale de Juin 2006 et qu’allons-nous faire au cours de l’année 2007-2008 si vous nous donnez votre accord ?

Ces deux questions auxquelles je tenterai de répondre valent aussi comme une rapide présentation de l’institut de recherches de l’institut pour tous les nouveaux qui siègent ici et pour tous ceux qui entrent dans les instances renouvelées des syndicats nationaux.

1.- QU’AVONS FAIT ? BILAN 2006-2007.
Ce bilan peut se décliner en sept actes qui ne sont nécessairement pas chronologiques.

1.1. Premier acte : LE COLLOQUE « NAISSANCE DE LA FSU du 15 et 16 décembre 2006.
Dans un laps de temps assez réduit nous avons finalisé ce colloque qui, aux dires des 180 personnes et du conseil d’administration, a été très riche et fécond. Les travaux du colloque se poursuivent sous la forme d’un groupe de travail qui, sous la conduite de Raphael Szaznfeld, prépare un livre. Ce groupe de travail se réunit régulièrement et est composé des principaux intervenants des tables rondes du colloque. Il associe ou va associer des chercheurs. Le plan du livre étant d’ores et déjà arrêté, l’objectif c’est d’arriver dans les six mois qui viennent à sa rédaction définitive.

1.2. Deuxième acte : LA RENOVATION DE NOUVEAUX REGARDS.
Comme il avait été convenu avec le conseil d’administration de l’institut, nous avons rénové la maquette de Nouveaux Regards, dont le premier numéro de la nouvelle formule a été publié en Janvier 2007 et dont le dernier numéro vient de paraître, contenant deux importants dossiers : l’un sur « le travail » et l’autre sur « la carte scolaire ». Il vous appartient de donner votre sentiment sur cette nouvelle formule.
Le nombre réel d’abonnés est en très nette amélioration, de l’ordre de 400. Mais l’effort doit être poursuivi car la qualité de la revue nous en fait l’obligation. Nous avons pris et mis en œuvre en cette rentrée des mesures pour tenter de doubler le nombre d’abonnés au cours de l’année.

1.3. Troisième acte : LA LETTRE DE l’INSTITUT.
Pour donner plus de réactivité à nos publications et tenter de donner des éléments d’analyse au fur et à mesure des évènements, nous avons créé une lettre électronique de l’institut. Les deux premières portaient, l’un sur « L’Europe en train de se faire », l’autre sur « la carte scolaire ». La troisième est en préparation.
Nous sommes encore en période de rodage et, parfois, nous avons le sentiment que les forces nous manquent pour mener à bien nos décisions collectives avec toute la réactivité souhaitable.

1.4. Quatrième acte : L’ACTIVITE EDITORIALE.
L’activité éditoriale de l’institut, en collaboration avec les éditions SYLLEPSE a été très soutenue. Dans la collection « blanche » il y a eu la publication de deux ouvrages « un zèbre à l’ombre » et « miroirs du syndicalisme » ; deux ouvrages dans la collection « comprendre et agir » : les actes du colloque de Blois sur la dissidence religieuse et celui rédigé par la FSU 13 sur PACA ; deux ouvrages concernant les activités physiques et sportives ; un premier ouvrage d’un nouvelle collection « itinéraires engagés » qui s’intitule « Eugène Préaux, un syndicaliste révolutionnaire ». Dans cette dernière collection, nous avons deux livres qui vont être publiés dans les semaines qui viennent : l’un de Georges Snyders, l’autre de Francis Arzallier. Dans la collection « comprendre et agir » va être mis sous presse un livre sur « l’histoire des pauvres ».

1.5. Cinquième acte : L’ADMINISTRATION DE l’INSTITUT.
En juin 2006, le diagnostic sur l’état administratif de l’institut s’imposait comme une évidence : l’institut était sous-administré. Le bureau de l’institut et au premier chef la trésorière de l’institut, Jackie Viel, ont pris les mesures qui s’imposaient : le recrutement d’un personnel chargé de la tenue régulière des comptes sous tous ses aspects.
Aujourd’hui, Jackie vous le dira, la situation est à tous égards satisfaisante voire très satisfaisante, nous avons rationalisé les recettes –subvention « fonction publique », ventes- et les dépenses de telle sorte que nous présentons un bilan financier de l’année 2006-2007 dégageant un bénéfice qui doit nous permettre de mieux répondre à nos ambitions pour 2007-2008.

1.6. Sixième acte : LA REUNION DES INSTANCES DE L’INSTITUT.
Les différentes instances statutaires de l’institut : le bureau, le CA, l’équipe se sont réunies très régulièrement.

1.7. Septième acte : LES CHANTIERS DE RECHERCHES
Ces chantiers sont au cœur de la vie de l’institut. J’aurais pu commencer par là. Ceux qui étaient inscrits au programme ont eu une activité très soutenue avec le concours de nombreux chercheurs et enseignants-chercheurs.
Le chantier « travail » sous la conduite d’Yves Baunay a une première trace très visible de ses travaux dans le très important dossier de Nouveaux Regards. Il continue en 2007-2008. Les travaux du chantier sur la « gouvernance » devraient faire l’objet d’une publication dans les mois qui viennent.

2. CE QUE NOUS ALLONS FAIRE : LE PROGRAMME 2007-2008.
L’objectif n’est pas d’être exhaustif, ne serait-ce que parce que beaucoup choses entreprises en 2006-2007 doivent être consolidées, mais d’afficher clairement nos grandes priorités pour l’année qui s’ouvre.

2.1. Le programme des chantiers 2007-2008.
La première priorité c’est le programme des chantiers est l’objet du document d’une vingtaine de pages qui vous a été distribué. La rédaction des projets obéit à des critères communs afin d’en faciliter la présentation et la comparaison ; même si chaque projet a des spécificités.
A cette heure, il y a 4 projets de « chantier-recherche » et 2 projets de « chantier-livre ».
Les chantiers-recherche : Le chantier « travail » est le plus ancien ; le chantier « Nouvelles figures de la performance à l’école » traduit une évolution de la problématique du chantier « Nouvelle gouvernance » ; le chantier « Politiques libérales » est une relance d’un chantier antérieur ; le chantier « la condition enseignante » est nouveau mais mobilise des énergies déjà impliquées dans le chantier « culture commune ».
Les chantiers-livre sont « la naissance de la FSU » et le « glossaire de l’éducation ».

A ces six chantiers, il faut ajouter dans le programme 2007-2008 le colloque sur « les 40 ans de l’ANPE » pour lequel l’institut et le syndicat de l’ANPE ont mis en place un partenariat.
2.2. La nouvelle politique éditoriale.
La deuxième priorité c’est l’amélioration de la politique éditoriale de l’institut pour 2007-2008. Il nous faut mieux définir nos attentes, nos besoins et les conditions de la diffusion de nos publications. Bref, il faut collectivement approfondir nos exigences éditoriales.
Un premier élément de réponse, tout du moins en ce qui concerne la diffusion, nous est donné à travers la signature d’une « convention d’édition » avec l’éditeur Du Temps, diffusé dans toutes les librairies de France par le Seuil ; convention portant création d’une collection « institut de recherches/FSU ». Nous publions d’ici un mois un premier ouvrage dû à Gilbert Dalghalian qui s’intitule « Reconstruire l’éducation ». Nous garderons intacte notre collaboration avec Syllepse ; les relations nouées avec Du Temps nous offre un autre outil.

2.3. La réunion du conseil scientifique.
Le 2 Octobre nous allons tenir la première réunion du conseil scientifique de l’institut mis en sommeil pendant des années. La composition de ce conseil scientifique a été arrêtée avant les vacances d’été. A son initiative, la composition pourra en être élargie.
Ce conseil a pour mission : Donner son avis sur le programme de recherches de l’institut et proposer d’autres recherches ; expertiser certaines productions de l’institut pour les agréer ; procéder au recrutement sur bourses de deux doctorants ou post-doctorants pour 2007-2008.

J’ai essayé d’en rester à l’essentiel, ce rapport d’activité ne rend pas compte par exemple des relations que l’institut a avec les associations.
Le travail accompli n’aurait pas été possible sans la prise en charge collective et collégiale de notre destin.

Le président
François BOUILLON


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU