Pour Info - FSU - En ligne


Réforme de l’Etat

lundi 14 janvier 2008  Enregistrer au format PDF


Les annonces faites par le président de la république à l’issue du conseil de modernisation des politiques publiques nécessitent un examen détaillé mais leur démarche générale tourne largement le dos à une véritable amélioration des services publics répondant à l’ensemble des besoins de notre société. Alors même que les exigences de la population, en termes de qualité, de proximité, d’égalité, sont réaffirmées quotidiennement, les propositions formulées s’inscrivent toujours dans une logique comptable où la volonté de réduction des dépenses l’emporte sur celle de la réponse aux besoins et elles visent à accentuer encore plus les redéploiements au détriment des missions de services publics et de leurs agents. Elles n’ont donné lieu à aucun débat démocratique préalable ni avec les représentants des personnels ni avec les usagers. Elles sont le résultat d’une démarche purement technocratique.

Les orientations avancées constituent une menace pour l’offre de services publics en termes de qualité, de diversité tout comme en termes de répartition équilibrée sur le territoire. Le risque est fort de voir disparaître l’apport spécifique de certains services publics au profit d’un appel au privé ainsi que la professionnalité et la qualification de certains personnels. La démarche de RGPP appliquée à la gestion des ressources humaines semble orientée prioritairement par le souci de réduire les emplois : elle néglige largement la qualification et la formation pour se placer dans une logique de concurrence entre personnels, d’alourdissement de la charge de travail voire de remise en cause de garanties statutaires.

Par ailleurs, l’organisation pyramidale mise en avant pour les administrations territoriales et la transformation des préfets de région (qui restent sous l’autorité du ministère de l’Intérieur) en véritables proconsuls, menacent les administrations de proximité que sont les services déconcentrés de l’Etat au niveau départemental et vont à l’encontre d’un fonctionnement et d’un contrôle démocratiques des services publics permettant une véritable intervention des usagers, des citoyens et des personnels.

Communiqué de presse FSU du 12 décembre 2007


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU