Pour Info - FSU - En ligne


Réunion RESF du 27 août 2006

jeudi 14 septembre 2006  Enregistrer au format PDF


Présents : CGT, FSU, CNT, SUD, FCPE, MRAP, LDH, ATTAC,UNL, Collectifs de Sans-papiers, Collectifs locaux RESF...Pour la FSU (au niveau national) : SNES et SNUIPP

I. Introduction :

Catherine de Lyon commence par une analyse de la situation politique à venir : que va faire Sarko ? Il peut aller au-delà des 6000 dossiers régularisés, avec quelques expulsions médiatiques ou laisser pourrir la situation (ni régularisables ni expulsables) ou vouloir gagner la présidentielle très à droite, avec le risque que ça fasse obstacle au second tour. Face à cela, nous avons déjà gagné pour les enfants, il nous reste à gagner pour les jeunes majeurs, dans une bataille fondée sur des valeurs. Partis politiques : le PS s’engage. On peut faire s’impliquer des élus de la droite modérée.
Deux axes : se renforcer localement et géographiquement et mettre en mouvement les jeunes eux-mêmes en nous appuyant sur les enseignants.

II. Discussion :
(courte synthèse : les interventions ont été fort nombreuses)

Elles sont toutes parties du bilan de l’été : des victoires mais beaucoup, beaucoup de familles déboutées ou encore sans réponse.
Propos glanés au fil des interventions (pas forcément dans l’ordre et sans exhaustivité !).

- Ne pas séparer Sarkozy du reste du gouvernement et interpeller de Robien.
- Nécessité d’aller à l’offensive : on a fait bouger l’opinion.
- Il faut avancer avec tous les gens qui sont à RESF.
- Impliquer les lycéens et faire que tous les syndicats s’engagent davantage.
- Ne négliger aucune forme d’action : sur les plan institutionnel ou sur le terrain des luttes. Les recours ont un intérêt indéniable même s’ils sont souvent illusoires.
- A Marseille, les familles déboutées ont peur et ne vont pas envoyer les enfants en classe.
- Continuer à protéger les familles et les jeunes.
- Axer le combat vers des valeurs fondamentales, en l’occurrence le droit à l’éducation.
- Ne pas aller sur le terrain du « quelle immigration veut-on en France ? » bien que la cause défendue par RESF s’inscrire dans la lutte des sans-papiers car il faut garder tous les militants.
- Se renforcer localement et géographiquement. Incitation à la création de comités dans tous les établissements.
- Inciter les familles et jeunes majeurs à rejoindre le RESF et/ou des comités de sans-papiers.
- Témoignage : vote dans un lycée pro d’une motion en CA pour refuser l’entrée de la police dans l’établissement.
- Utiliser tous les soutiens politiques possibles (interpeller les hommes et femmes de droite sur l’aspect humain.)
- Réaffirmer le droit à l’éducation (circulaire Chevènement, Convention internationale des Droits de l’Homme).

III. Actions :

Rentrée
Faire le bilan de l’été dans l’établissement dès la rentrée.
Conférence de presse FCPE/syndicats de l’éducation.
- Conférence de presse RESF.
- Conférences de presse locales
- Participation à la manif de Cachan,.
- Appel : « La chasse à l’enfant saison d’automne, attention ».
- Action sur quelques écoles par exemple Cachan.
- Recours collectif devant les préfectures mais sans se limiter aux refusés ; prise en compte des « hors circulaires ».
- Affiches dans les établissements.
- Lettre aux préfets de région.
- Lettre ouverte au ministre de l’éducation.
- Campagne pour le retour des expulsés.

Concernant septembre :

- Concert « les têtes raides. »
- Fête de l’Huma (stand - presse de paroles de RESF).
- Sud a lancé un préavis de grève permanent sur la question dans « la chaise vide ».
- Réfléchir à des manifs décentralisées
- Poursuivre les parrainages

IV. structuration matérielle et politique

Question de l’argent : plutôt la souscription
Téléphone fixe dans un local : à voir
Prolonger les portables de veille ? La ligne ouverte par la CIMADE (200 euros par mois ne sera pas renouvelée).
Renforcement en militants au niveau local et national.

Marylène Cahouet


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU