Pour Info - FSU - En ligne


Réunion du 9 février 2006

mercredi 8 mars 2006  Enregistrer au format PDF


Stage des 31 janvier et 1er février : une société pour tous les âges.

Plus de 60 participants. Le compte-rendu figurera dans le prochain supplément retraités ou PourInfo.

Actualité générale

- Les retraités, comme les actifs subissent les attaques globales du gouvernement contre les systèmes solidaires et la protection sociale. En matière de sécurité sociale, les annonces visant à « endiguer » les déficits préparent de nouvelles dégradations. Etre attentifs au débat qui se mène dans le mouvement mutualiste en préparation de l’assemblée générale de Lyon.

- Rappel des notes de la FSU sur la protection sociale complémentaire. D’une manière générale, les réactions sont plus que mesurées dans l’ensemble du mouvement social sur les conséquences de cette directive européenne.

- L’examen de la directive BOLKENSTEIN revient en discussion devant le Parlement. La riposte doit être à la hauteur de ce que fut la manifestation des dockers à Strasbourg contre le projet de nouvelle réglementation du transport portuaire.

- La mise en place des CODERPA dans les départements est difficile.

- Pour l’instant la FSU est écartée de la conférence sur la famille qui traite de la question des solidarités entre générations et en particulier les personnes âgées.

- La nouvelle attaque contre les mutuelles de la fonction publique au non de la « concurrence libre et non faussée » (cf : POURINFO du 20-24 février n°341)

- La hausse accordée pour 2005 (+ 1,8%) est conforme à l’indice INSEE. Reprendre les débats sur ce point car le contexte de la politique salariale du gouvernement envers les fonctionnaires peut faire apparaître la situation des retraités comme « privilégiée ». Le point d’indice accordé aux actifs en 2006 n’est pas répercuté sur les retraités. Rappel : 30% des retraités ont connu une baisse du pouvoir d’achat, 40% ont une hausse mais par l’intermédiaire des revenus du patrimoine. Les retraités de la catégorie C percevant le minimum de pension fonction publique ont des conditions de vie de plus en plus difficiles.

- Les retraités de septembre 2006 ne vont pas bénéficier de l’ensemble des mesures indiciaires pour 2006 et n’auront aucun rattrapage. Pénalisés de façon permanente. Il faudra étudier de près les pertes réelles de ressources lors du départ à la retraite car les charges fixes sont identiques. La perte de pouvoir d’achat est supérieure à la seule différence traitement/pension.

- Les retraités de la FSU ont du mal à s’impliquer dans les CODERPA (comités départementaux des retraités et personnes âgées) et à s’investir dans des initiatives culturelles. Les expériences menées par les camarades des départements montrent malgré tout l’impact de ces participations et de ces initiatives sur la syndicalisation.

- Le mandat d’intervenir auprès des groupes parlementaires et du cabinet ministériel n’a pas été mis en œuvre début janvier pour ne pas interférer avec les « négociations salariales » dans la fonction publique. L’actualité a ensuite été dominée par le CPE et n’a pas non plus favorisé cette démarche.

- Le gouvernement, malgré une base politique étroite cogne tous les jours et très fort pour chercher à neutraliser les réactions (CPE, cumul emploi-retraite)...autant pour affirmer comme le prétendent les médias qu’il n’y a pas de mobilisation. Rappelons le vote sur le traité européen , les grèves et les manifestations du 4 octobre. La mobilisation sur le CPE se construit et grandit. Pour les retraités et personnes âgées, nous avions souligné la participation importante aux actions de la « semaine bleue ». La responsabilité des syndicats est de proposer de nouvelles perspectives et de faire partager des espoirs de progrès.

Congrès de la FGR

La première phase de la préparation du congrès de juin 2006 est achevée. Le secteur relève une participation - certes inégale - plus grande des camarades de la FSU. Ce congrès, et aussi tous ceux qui vont intervenir dans la période courant jusqu’à l’élection présidentielle seront étudiés de près par les partis politiques et les candidats mais dans notre domaine les UCR seront aussi attentives à ces travaux. Il est essentiel de faire effort afin que tous les syndicats de la FSU et nos adhérents soient pleinement participants.

Notre participation n’a pas pour objectif d’arriver à une motion finale qui soit « l’empilement » des motions de nos différents syndicats mais bien, si l’on veut donner tout son sens à notre démarche unitaire, aboutir à une synthèse. Dans la deuxième phase qui s’ouvre avec les textes soumis aux assemblées générales départementales, nous devrons poursuivre le travail réel d’approfondissement conduit par la FGR sur les volets importants du débat social aujourd’hui.
· Le rejet de la loi Fillon sur les retraites et de la loi Douste-Blazy sur la protection sociale
· Faire face aux nouvelles attaques dans le domaine de la santé et des régimes de retraite (cf : POUR-INFO n° 341, éditorial, article de Daniel Rallet).
· Comment reconstruire une protection sociale et un système de santé solidaires.
La notion revendicative du prochain congrès de la FGR-FP (juin 2006) doit être l’expression de tous les retraités et ceci par une prise en compte objective de la situation sociale.

Congrès de la FSU

Quelle sera la place des retraités au congrès 2007 ?
Pour ce congrès 2007, les retraités devront définir ce qu’est le syndicalisme des retraités : comment le conjuguer avec les activités des syndicats de la FSU. Il est urgent de préciser la nature et les objectifs du syndicalisme des retraités dans leur syndicat, au sein de la FSU et demain dans le contexte plus large du champ de syndicalisation de la FSU. Dans les années qui viennent, le nombre des retraités va s’accroître très fortement et il sera primordial de lier les différentes générations notamment sur les prestations sociales, les retraites, la fiscalité.
Le dernier congrès avait décidé qu’un bilan du travail du secteur devait être conduit afin d’examiner les évolutions éventuelles à décider. Ce bilan devra être fait.
Partir des avancées (publications, plus grande fréquence des réunions du secteur...) mais aussi des difficultés pour insérer pleinement les retraités à la vie fédérale paraît une première étape essentielle pour aborder ce congrès. D’autres questions sont à traiter : quelle spécificité - s’il y en a une - du secteur retraités vis à vis des autres secteurs ? Quelles relations avec le monde fédéral ? Quelles possibilités d’interventions auprès des structures décentralisées qui prennent une place première dans la question des personnes âgées ? Quelle place de la FSU dans la démarche européenne sur cette question ? Quelles prérogatives, marges de manœuvres pour le secteur ? La représentation des retraités dans les organes délibératifs (une seule au CDFN actuellement) au congrès ?
Questions non limitatives mais qu’il faut creuser pour ne pas réduire la période de congrès aux questions statutaires.
Le rapport sur la représentativité des syndicats qui sera remis au Premier Ministre courant mars peut interférer sur ces débats.

Supplément retraités
Préparation du supplément et répartition des articles.

Madeleine Lagane et Joël Chenet


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU