Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2009-2010 > N°454 - Du 4 au 8 janvier - 2010 > Th.1 : Reprendre le débat sur les enjeux du collège

Th.1 : Reprendre le débat sur les enjeux du collège

vendredi 8 janvier 2010  Enregistrer au format PDF


L’installation du socle commun est en train de modifier en profondeur le collège en réduisant les savoirs et les ambitions pour tous –tes. Il faut dénoncer cette évolution, mais aussi mettre en débat des propositions alternatives.

L’accroissement des connaissances pose la question politique du choix de ce qui est à enseigner. Quels champs culturels ? Quelles disciplines ? Quels horaires ? Pour quels âges ? Quelle part de diversification ? Quelle prise en compte de « faits sociaux » contributifs d’une meilleure vie sociale et culturelle (les sports, la musique, les arts) ?

La question de l’appropriation des savoirs : comment les élèves les moins familiers avec les savoirs scolaires peuvent-ils/elles réussir au collège ? Comment réorganiser le temps scolaire, avec différentes modalités d’apprentissage ? Quelles transformations du collège pour répondre à ces finalités ?

Quelques pistes :
- Les exigences de l’école et la redéfinition de la culture scolaire : interroger l’organisation du système, son fonctionnement, l’orientation, les programmes et les contenus, les acquis et leur évaluation (socle), les formes de travail (rapport écrit/oral/pratiques, travail de groupe), le « temps élèves ». Faire reculer la confusion entre formation, orientation et sélection.
- Le cœur de la classe : faire accepter que ceux/celles qui ne comprennent pas l’école n’ont que l’école pour la comprendre. C’est au cœur de la classe que se « fabrique la valeur scolaire ». L’individualisation des parcours, les pratiques professionnelles génèrent aussi de l’échec. Pour réduire la « distance culturelle » d’une partie des jeunes avec l’école, il faut les analyser et doter les enseignant-es d’outils de compréhension et de transformation.
- La formation des enseignant-es : levier incontournable pour travailler sur nos modèles souvent implicites, analyser les situations d’apprentissage, penser une réelle démocratisation.
- Le travail collectif des personnels : sans alourdir le temps enseignant, permettre aux équipes un réel travail collectif sans lequel toute préconisation serait vouée à l’échec.
- L’évaluation et la notation des élèves : lutter contre le culte de la performance et du « mérite », les contrats d’objectifs, l’abandon de la carte scolaire, la « nouvelle gouvernance » qui installent la mise en concurrence des établissements. Refonder la notation qui se substitue trop souvent à une réelle évaluation des acquis et est perturbée par des phénomènes qui génèrent inégalités, injustices et incompréhension.
Le socle commun et le livret de compétences questionnent la fonction du collège du point de vue des acquis, et la fonction pédagogique de l’évaluation. La substitution des (micro) compétences aux certifications actuelles, peut entraîner tout le système vers une multiplication de procédures évaluatives déconnectant les acquis des disciplines, et affaiblissant le lien qualifications/diplômes/ emploi.

Le SNEP propose de travailler collectivement et simultanément sur tous ces leviers sans ignorer la question des moyens et des structures.
Il s’agit de faire des propositions pour que le collège ne soit plus le lieu où se révèlent les inégalités sociales mais celui où elles se réduisent.
Le collège actuel se nourrit des contradictions de la société : à la fois service public en charge de la formation de tous-tes et instrument de reproduction sociale inégalitaire… Il nous appartient de contribuer à dépasser cette situation.


Le secrétariat du SNEP


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU