Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2009-2010 > N°454 - Du 4 au 8 janvier - 2010 > Th.2 : Retrait des mesures RGPP, aucune suppression de postes

Th.2 : Retrait des mesures RGPP, aucune suppression de postes

vendredi 8 janvier 2010  Enregistrer au format PDF


Les revendications des personnels de la culture : retrait des mesures RGPP, aucune suppression de postes sont communes à l’ensemble des fonctionnaires. Le congrès de la FSU doit les défendre en réunissant les conditions du combat unitaire contre le gouvernement
RGPP 1, RGPP 2 mais une seule et même politique déclinée administration après administration dans l’objectif suivant : régler la note des milliards d’euros offerts aux patrons et aux banquiers en postes de fonctionnaires supprimés, en services publics démantelés par le biais de restructurations et de fusions de services et d’organismes.
Véritable concentré de cette politique, le budget 2010 ouvrait la perspective d’un combat d’ensemble des travailleurs, fonctionnaires en tête, contre la RGPP et les suppressions de postes. En laissant passer ce budget sans combattre, les directions syndicales, dont celle de la FSU, portent l’entière responsabilité de l’isolement des personnels de la culture durant leur combat contre l’application de la RGPP aux établissements publics sous tutelle de ce ministère (Bpi, Louvre, BnF...).
A cet isolement mortifère s’est ajoutée la politique de l’intersyndicale culture qui a circonscrit le combat des personnels à la recherche d’un véritable dialogue social avec Mitterrand, permettant à ce dernier d’annoncer la constitution de groupes de travail, établissement par établissement, chargés d’établir avec les syndicats un diagnostic commun de la situation

"Je suis ministre du gouvernement, j’applique et je défends sa politique". Ces propos de Mitterrand désignent sans ambiguïté la cible à viser pour combattre la RGPP : le gouvernement lui-même. La question posée à notre congrès par le retrait de la RGPP est donc celle de l’affrontement avec ce gouvernement. Cette question a été posée par les personnels de la BNF qui se sont adressés aux directions nationales des syndicats de la fonction publique pour leur demander d’organiser le combat d’ensemble des fonctionnaires contre le gouvernement et la RGPP.
Tel n’est pas l’objectif de l’appel à la grève dans la fonction publique le 21 janvier de la FSU, SUD et laCGT. Le communiqué commun ne revendique pas l’abrogation la RGPP, passe sous silence la réforme des lycées et celle de la formation des maîtres qui sont pourtant des réformes d’application de la RGPP à l’enseignement parlant de manière vague de"revenir sur toutes les réformes régressives" !(Il y en a qui ne le sont pas ?)

A l’opposé, la FSU doit se prononcer pour :
- le retrait des mesures RGPP, aucune suppression de postes
- le refus de toute concertation sur cette "réforme", en particulier le boycott des groupes de travail dans les établissements publics
- l’organisation dans l’unité d’une manifestation nationale au siège du pouvoir à Paris sur des mots d’ordre clairs : abrogation de la RGPP, de la loi de mobilité et de la réforme de la formation des maîtres, retrait de la réforme des lycées

Benoit Linqué, SNASUB BNF , Front Unique


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU