Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2009-2010 > N°454 - Du 4 au 8 janvier - 2010 > Th.2 : TouTEs précaires bientôt ?

Th.2 : TouTEs précaires bientôt ?

vendredi 8 janvier 2010  Enregistrer au format PDF


Se mobiliser d’urgence pour une loi de titularisation sans condition !
Avec la précarité, le gouvernement dispose à la fois d’une main d’œuvre peu chère, taillable et corvéable à merci, et d’une arme pour attaquer les salaires de l’ensemble des travailleurEs et les statuts de celles et ceux qui en ont encore... C’est un puissant levier pour imposer sa politique de casse et de classe.

Les suppressions de postes sont facilitées par la "variable d’ajustement" des précaires, la lutte contre la baisse et l’individualisation des revenus se heurte à l’existence de salaires très bas pour le même travail, les mobilisations contre les réformes ou l’autoritarisme ont du mal à associer les non titulaires, plus fragiles et premierEs répriméEs…

La multiplication des types de contrats (vacataires, contractuelLEs, CAE, AE, EVS, AVS, CDI…), de plus en plus précaires, de plus en plus de droit privé, rend la défense des statuts très difficile et les étudiantEs qui obtiendront un master d’enseignement mais pas le concours vont former un vivier illimité de non titulaires.
Tous les services publics évoluent dans le même sens que La Poste (fonctionnaires remplacéEs peu à peu par des précaires et des CDI, affaiblissement des luttes, privatisation) et la loi sur la mobilité parachève la casse du statut.

Il faut que la FSU prenne enfin la mesure de la situation !
La revendication d’un "plan de titularisation rapide… selon des modalités et un calendrier adaptés à chaque secteur" n’est pas du tout à la hauteur : les réponses partielles laissent courir la précarité et concourent ainsi au démantèlement des garanties statutaires, professionnelles et sociales. Face au pouvoir, il faut un mot d’ordre unifiant et radical.

Celui de titularisation immédiate et sans condition de concours de touTEs les précaires (en poste ou au chômage) prend en compte la situation concrète de femmes et d’hommes dont le travail est reconnu par le fait même qu’elles/ils ont déjà été recrutéEs et il est aussi en adéquation avec notre conception des services publics.
Si nous voulons que ces derniers permettent de lutter contre les inégalités, si nous pensons que le statut des personnels est essentiel pour garantir leur universalité et leur indépendance, il faut imposer l’arrêt du recrutement de non titulaires et un statut de fonctionnaire donnant à touTEs les mêmes droits.

La titularisation des précaires peut se faire dans les corps existants ou, en cas de nouveaux métiers, par intégration directe dans des corps à créer (avec le souci d’une unification fondée sur les corps les plus favorables). Parallèlement, il faut continuer à exiger de nombreux recrutements par concours, seuls garants de l’égalité.

En contribuant à mobiliser ensemble sur cette question titulaires et précaires, la FSU retrouverait deux principes du syndicalisme : la solidarité inconditionnelle avec les travailleurEs les plus attaquéEs, le renforcement de touTEs par la défense des plus fragiles.

Catherine Dumont (Émancipation)


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU