Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2009-2010 > N°454 - Du 4 au 8 janvier - 2010 > Th.3 : Empêcher le naufrage de nos retraites en 2010

Th.3 : Empêcher le naufrage de nos retraites en 2010

vendredi 8 janvier 2010  Enregistrer au format PDF


Alors que les effets dévastateurs programmés des lois Balladur (1993) et Fillon (2003) sont déjà largement visibles, le gouvernement veut poursuivre en 2010 sa contre-réforme des retraites. A ce jour, on ignore encore le rythme et les choix qu’il va faire : recul de l’âge de la pension à taux plein, nouvel allongement de la durée de cotisation … ou modification complète du système pour imposer un dispositif par point (achat de points qui sont multipliés par la valeur du point à la date de départ en retraite comme pour les régimes de retraites complémentaires) ou par compte notionnel (compte fictif converti en rente lors du départ en retraite en fonction de l’âge de départ et de l’espérance de vie de la génération).

Ces systèmes, bien que reposant sur le principe de répartition, donnent l’illusion d’une capitalisation individuelle. Trompeurs, ils font croire qu’ils sont plus simples et transparents, alors qu’ils ne permettent pas de connaitre le montant de la pension avant sa liquidation. Ils aggraveraient le caractère contributif et donc les inégalités sociales du système. Ils individualiseraient la retraite alors que celle-ci doit demeurer un dispositif mutualisé et socialisé. Ils reposent sur équivalence entre les cotisations versées et les pensions reçues à un moment donné, donc ne peuvent qu’aboutir à une lente érosion du montant des pensions. A terme, l’objectif du gouvernement est d’ouvrir aux sociétés commerciales d’assurance privée un marché pour compenser la baisse de l’ensemble des pensions.

Si le texte des rapporteurs (Thème 3 paragraphe II-2-3) rappelle la revendication du droit au départ en retraite à 60 ans avec un taux de remplacement de 75% soit 37,5 annuités pour une retraite complète, il ne se positionne pas sur les projets gouvernementaux. Il serait incompréhensible que le Congrès de la FSU ne se donne pas les moyens d’engager une lutte unitaire avec des objectifs mobilisateurs et un programme d’action pour le public et le privé.

Il est très probable que le gouvernement n’annoncera rien avant le prochain rapport du Conseil d’Orientation des Retraites, et surtout l’issue des élections régionales. Il tentera ensuite de trouver un accord avec la CFDT et l’UNSA qui listent déjà les points sur lesquels elles sont prêtes à céder du terrain. La CGT a tenu lors de son récent un congrès un discours plus combatif, peut être sous la pression de la base. La FSU doit s’impliquer massivement et contribuer à regrouper les organisations prêtes à agir sur des bases revendicatives claires et offensives.

Il est donc nécessaire que les organisations syndicales prennent dès maintenant l’initiative pour informer largement les salariés et diffuser des propositions alternatives, sous peine d’être réduites à une position défensive face au discours fataliste que vont tenter de nous imposer une nouvelle fois le gouvernement, le MEDEF et les médias. La question des retraites sera l’un des grands sujet sociaux de 2010 ; à nous de lui donner la couleur de l’espoir et de la combativité

FSU 59 et 62.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU