Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2009-2010 > N°454 - Du 4 au 8 janvier - 2010 > Th.4 : Les SD un maillon de l’action fédérale à étayer

Th.4 : Les SD un maillon de l’action fédérale à étayer

mercredi 6 janvier 2010  Enregistrer au format PDF


Dans le cadre des débats préparatoires du Congrès 2010, le thème 4 pose à l’alinéa 2-4-19 la question du rôle et de la fonction des SD au sein de la Fédération. Le texte du rapporteur souligne que : La section départementale est un niveau essentiel, une des caractéristiques de la FSU et une force. Mais la question du rôle des SD doit être à mon sens approfondie.

Les SD tirent leur légitimité du vote des adhérents des SN de leur département ; mais malheureusement les adhérents ne peuvent tous s’exprimer pour désigner leurs instances fédérales départementales. Ce fait pose la question importante de la gestion du fédéralisme au niveau local.

Ces élections sont aujourd’hui sous la seule responsabilité des syndicats nationaux qui définissent les modalités du vote. Or dans le même temps les SD organisent leur propres élections internes. Se posent alors des problèmes organisationnels pour les SD qui ont le souci d’avoir des instances représentant au mieux la fédération.
Avec les syndicats qui organisent l’élection au niveau départemental il est facile de faire voter sur un « bulletin adapté » national et départemental. Mais cela devient impossible quand la consultation est organisée nationalement. Si les syndiqués ont utilisé un « bulletin adapté », leur vote pour la SD ne compte pas, il est perdu. S’ils ont utilisé le bulletin national ils sont écartés des élections internes locales. Les pratiques varient selon les départements, mais cela donne lieu à des « bricolages » peu satisfaisants.

Peut-être serait-t-il souhaitable de confier l’entière responsabilité du vote aux SD aidées des sections départementales des SN. Il faut voir dans cette proposition une manière d’homogénéiser les pratiques, mais surtout un moyen d’impliquer mieux tous les adhérents.
Cette question du scrutin pose un véritable problème politique. Comment créer localement plus de fédéralisme ? Comment attirer les militants non- enseignants et non-éducation vers les SD FSU ? Accepter le statu quo c’est accepter d’isoler certains syndiqués dans nos départements. On ne battit pas l’unité de la fédération, sa capacité de mobilisation sur de telles bases.

Il est difficile aussi pour les SD de connaître avec précision les adhérents dans leur département. Peut-être serait-il opportun de faciliter l’accès aux fichiers des SN par département ? Même si un certain bougé a été opéré, puisque le national nous facilite une extraction des fichiers de routage pour la diffusion de nos publications, ce sont ces mêmes fichiers, pas forcément à jour, que nous utilisons pour « bricoler » autour de nos élections internes. Il est possible de faire mieux par exemple en facilitant la construction de listes de diffusion pour les départements. Il faut y voir dans la proposition une manière de mieux impliquer chacune et chacun à la vie locale de la fédération.

Pour finir les secrétaires de SD ont aussi le besoin de travailler ensemble, de confronter leurs expériences et leurs difficultés, les CFR permettent cela au niveau des régions peut-être faudrait-il se doter d’une instance sans pouvoir délibératif, une structure qui aurait pour objectif de rapprocher le niveau national et départemental, elle permettrait de créer cet espace de débats que l’invitation à deux CDFN dans l’année ne permet pas de créer.

Gérard Gironell , FSU 66


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU