Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > Archives > Année 2009-2010 > N°454 - Du 4 au 8 janvier - 2010 > Th.4 : Pour une FSU actrice d’une dynamique syndicale unificatrice

Th.4 : Pour une FSU actrice d’une dynamique syndicale unificatrice

mercredi 6 janvier 2010  Enregistrer au format PDF


Les dégradations de la situation sociale et économique, les modifications du champ syndical posent à la FSU comme à l’ensemble des organisations les questions de son orientation, de sa participation à la dynamique syndicale en cours et de son avenir. […] .La FSU, par la place singulière qu’elle occupe, peut et doit ouvrir des perspectives dans le paysage syndical.

Nous refusons tout choix qui conduirait à l’immobilisme. La FSU doit se positionner résolument dans une démarche d’unification et de rénovation du syndicalisme.

Cette orientation vers un syndicalisme démocratique et inédit d’actions et propositions doit être mise en débat et validée par le plus grand nombre, les syndiqués et les salariés. Elle passe nécessairement par une plate-forme ambitieuse de transformation sociale, par des actions unitaires et efficaces aussi bien sur les secteurs professionnels que sur le plan interprofessionnel.

C’est à ce prix que nous pourrons éviter les déceptions, l’incrédulité, les dérapages.

Une procédure avec nos partenaires…
Dans les Bouches-du-Rhône, nous avons réussi à rassembler l’ensemble des organisations régulièrement, à faire valider localement la proposition de principe d’une structure permanente entre organisations aussi bien par la CGT, la CFDT, l’UNSA et Solidaires.
Nous souhaitons consolider et approfondir cette démarche par la co-construction d’alternatives sociales communes.
Les chantiers ne manquent pas. Il faut ainsi travailler réellement en commun les chapitres de la déclaration commune du 5 janvier 2009.
Au-delà, il faut se donner des objectifs ambitieux. Aujourd’hui, la question qui est posée au syndicalisme est l’élaboration d’un nouveau système de protection pour le salariat qui concerne aussi bien le droit du travail et la sécurité de l’emploi, le droit à l’Education et la formation, la protection sociale, les services publics. Dans le contexte où le savoir (connaissances, qualifications, compétences…) devient un élément essentiel du nouveau système productif qui se met en place, il nous faut développer des alliances avec les autres salariés pour mettre la question de la formation au centre des problématiques sociales et contribuer à construire une nouvelle étape de la condition salariale qui soit un progrès pour tous, salariés du privé comme du public.

Il faut aussi décliner à tous les niveaux le travail engagé avec la CGT. En effet, la FSU et la CGT se sont engagées sur des partenariats et des réflexions communes. Cette étape essentielle entre nos deux organisations pour mieux se connaître, favoriser les convergences de points de vue participent d’une volonté d’unification. Ce travail en commun a vocation à s’ouvrir à tous ceux qui le souhaitent et à permettre au contraire le rassemblement le plus large, le plus divers et offre ainsi de nouvelles perspectives qui assurent aux salariés et aux personnels une plus-value syndicale s’appuyant sur nos qualités respectives et donne l’espoir d’une nouvelle offre syndicale.
… avec les syndiqués et les personnels

Nous devons sans plus attendre associer les syndiqués et les personnels à tous ces débats : le congrès en est l’occasion.[ …] Nous sommes convaincus que l’unité permet un renforcement du rapport de force et autorise les rapprochements ultérieurs, qu’il nous faut non seulement le réaffirmer, mais aussi prendre clairement nos responsabilités en faisant des propositions d’actions et de travail unitaires et de mettre en œuvre un processus d’unification du syndicalisme de transformation sociale. Il faut initier cette démarche sans exclusive ; mais nous pensons aussi que rien ne pourra se faire sans la CGT. Dans l’immédiat, organisons des rencontres à tous les niveaux pour l’élaboration d’un nouveau corpus revendicatif qui replace le syndicalisme au centre de la démocratie sociale. Notre ambition est de participer avec d’autres à la création d’une confédération d’un type nouveau.

Jean-François Longo, Jean-Paul Beauquier, Gilbert Tomasi, Gilbert Jean, Alain Barlatier, Josiane Dragoni, Christophe Doré, Laurent Tramoni, Angelko Svdrlin, Bruno Bidet et Georges Poli (FSU13)


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU