Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR ELLES Spécial parité - janvier 2014 > UN BILAN DU CONGRÈS DE LA FSU 2013 SUR LA PLACE DES FEMMES DANS LA (...)

UN BILAN DU CONGRÈS DE LA FSU 2013 SUR LA PLACE DES FEMMES DANS LA FÉDÉRATION :

mardi 28 janvier 2014  Enregistrer au format PDF


La question de l’égalité femmes-hommes a été menée dans tous les thèmes permettant à la FSU de délivrer des revendications précises concernant les questions d’égalité.

Dans le thème 4 plus spécifique au syndicalisme, la question de la place des femmes, de leur représentation, donc de la parité, est évoquée longuement. Le constat du dernier congrès est malheureusement assez édifiant : aucune évolution marquante n’a eu lieu quant à la place des femmes dans les instances de notre fédération, que ce soit au niveau local ou national.

La composition du congrès parle d’elle même : dans une fédération dans laquelle les syndicats de l’enseignement, dont le milieu est donc majoritairement féminisé, ont une place numérique importante, sur 730 congressistes, 430 étaient des hommes, 300 des femmes.

Il n’existe pas de faiblesse numérique des femmes dans les professions de la majorité de nos syndicats nationaux, et pas de faiblesse numérique en termes de femmes syndiquées dont la proportion est parfois plus importante dans les syndiqué-es que celle de la profession.

Textes issus du congrès :

« La nécessité d’une représentation équilibrée femmes / hommes est affirmée dans les textes de plusieurs congrès comme une préoccupation constante et un objectif à réaliser. Aujourd’hui les femmes restent toujours minoritaires dans toutes les instances de la fédération, malgré une légère évolution positive. Sur ce point, le congrès rappelle la responsabilité des SN, des tendances et des SD.

L’observatoire de la parité doit développer un travail d’analyse sur la féminisation des textes, l’organisation des réunions, la parité des délégations venant des instances (CDFN, congrès,...), la répartition des décharges, etc. Un bilan annuel doit être fait au CDFN.

L’observatoire de la parité, dont la nécessité a été réaffirmée à Lille, n’a pas réellement fonctionné, faute d’engagement de toutes les parties de la fédération. Néanmoins, la commission « Femmes » de la FSU a poursuivi le travail d’analyse, les militant-es au niveau national, régional et départemental ont tenté d’enclencher des changements dans les fonctionnements internes.

Le travail d’étude engagé doit être poursuivi sur la composition des instances et des délégations fédérales tant au niveau départemental que national, afin d’affiner la compréhension des enjeux et de proposer des réponses.

Il est indispensable aussi de mener une réflexion sur la prise de parole des femmes lors des instances.

Les stages syndicaux et intersyndicaux organisés par la FSU, ou en association avec d’autres partenaires, doivent se poursuivre. La participation des militantes et militants doit être favorisée grâce au nécessaire relais de la fédération et des syndicats nationaux auprès de leurs sections départementales ou académiques.

De nouvelles pistes sont à explorer pour faciliter l’investissement des militantes et militants (collégialité, mandats, décharges,...). Concernant la collégialité, il est indispensable d’y réfléchir rapidement, y compris en termes de moyens (suppléments de décharges, ligne budgétaire particulière pour les frais de garde...).

La FSU réaffirme sa volonté d’une écriture égalitaire de ses textes, tout en conservant leur lisibilité. Elle mettra en place un groupe de travail à cet effet qui fera ses propositions au CDFN.
La féminisation de l’outil syndical s’intègre dans la lutte contre les inégalités F/H dans la société en général, lutte qui reste l’ambition majeure.
Féminisation et renouvellement nécessitent de nouvelles pratiques, déjà en œuvre dans certaines sections départementales ou certains syndicats nationaux.

Une journée d’étude sera organisée afin de faire un bilan, trouver d’autres pistes de réponses. »

Quelle prise en compte de la question des droits des femmes dans les SD ?

Quelle prise en compte à d’autres moments que les renouvellements des listes ?


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU