Pour Info - FSU - En ligne


Vincent Charbonnier (SNASUB Lyon)

mardi 5 décembre 2006  Enregistrer au format PDF


Développer le fédéral dans la FSU

Mieux fédéraliser la FSU, fédérer nos forces pour accroître notre puissance collective d’agir, à un moment crucial de notre histoire. Si la FSU doit être plus que la somme de ses SN, cela implique l’élaboration d’une authentique culture commune et partagée qui ne réduit pas les différences culturelles de ses composantes mais qui les fédère, une culture commune opératoire que par sa capacité à traduire, à entre-traduire, les questions spécifiques à un SN, une catégorie ou un champ donné, pour tous les autres, pour s’approprier collectivement, fédéralement, les enjeux qui ne sont jamais totalement circonscrits à un champ d’intervention, un SN ou une catégorie. Ce qui est requis, c’est, dans la FSU, une plus grande diffusion des élaborations de ses secteurs transversaux (au-delà de Pour info) et une meilleure articulation aux activités de l’institut de recherches, créé en même temps qu’elle mais négligé par de trop nombreux SN et syndiqués. Ses activités et ses publications doivent y être plus nettement valorisées et réciproquement les SN doivent s’investir plus résolument dans ses activités, pour construire un secteur des études qui irrigue la réflexion nécessaire des militants et pour élaborer un véritable plan fédéral de formation syndicale, en lien avec celle des SN, quand elle existe... Un exemple en ce sens est le chantier sur le travail dont il est remarquable et réjouissant, de constater que beaucoup de SN hors EN y sont impliqués. Il peut contribuer à s’interroger sur l’épaisseur de la réalité quotidienne de notre activité et reconduire à la réflexion sur nos métiers, à relancer dans les SN dont ce fut une tradition (l’expérience de Degrés pour le SNES) et à construire dans ceux où elle est absente (le SNASUB), en l’émancipant de sa stricte dimension corporative. Il a pour corrélat la question de la formation professionnelle initiale après le concours, souvent inexistante, l’année de stage consistant à exercer son activité sans accompagnement institutionnalisé. De la question finale du § V-5.1 du thème 1 (La FSU doit-elle demander un élargissement de l’offre de formation des [IUFM] à d’autres personnels de l’EN ?), il faut débattre et y répondre, affirmativement selon moi.
La fédéralisation de la FSU est une tâche qui coïncide avec son existence même et son évolution. Si le fédéral c’est essentiellement les SD, ce n’est pas suffisant. Le renforcer passe par le développement d’une expression FSU dans les établissements où c’est possible et pertinent et au niveau régional. Ce sont des éléments décisifs pour l’élargissement de la FSU qui est aussi son avenir.


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU